Nord : quatorze personnes interpellées à Lille après l'attaque des bureaux du PS

Une cinquantaine de personnes ont vandalisé, jeudi soir, le siège du Parti socialiste dans la ville. C'est la troisième fois en un mois que ces locaux ont été dégradés.

Le siège de la fédération du PS du Nord, à Lille.
Le siège de la fédération du PS du Nord, à Lille. (MAXPPP)

Le siège du Parti socialiste de Lille (Nord) a été attaqué par une cinquantaine de personnes dans la soirée du jeudi 19 mai, selon Europe 1 et BFMTV. Quatorze personnes ont été interpellées par la police vers minuit, précise Europe 1.

"De la peinture a été jetée et un carreau a été cassé au premier étage", indique à francetv info Alain Cacheux, qui se trouve ce matin au siège de la fédération. Les personnes qui ont dégradé les locaux ne sont néanmoins pas entrés à l'intérieur, précise-t-il, précisant que les services municipaux sont arrivés sur place pour nettoyer à 8 heures, vendredi matin.

C'est la troisième fois en l'espace d'un mois que ces bureaux sont attaqués, ce qui correspond à la montée en puissance de la contestation de la loi Travail. A chaque fois, la même méthode : de la peinture et des mots d'insulte comme "vendu" ou "trahison". Des plaintes ont été après les précédentes attaques et une troisième devrait suivre.

La permanence du député également visée

Il arrive que des personnes appellent la fédération pour lancer des insultes, raconte Alain Cacheux, et cela arrive "un peu plus" depuis les débats sur la loi Travail. Mais il n'a pas d'appréhension particulière et n'a pas hésité à se rendre dans les bureaux vendredi matin.

Des dégradations ont également visé la permanence de Bernard Roman, député socialiste de la 1re circonscription du Nord,  qui se trouve aussi à Lille. "Aux casseurs qui s'attaquent pour la 3e fois à ma permanence : mes collaborateurs qui y travaillent méritent le respect", a écrit l'élu sur Twitter.

Interrogé sur le climat à Lille vis-à-vis du PS, notamment lors de distribution de tracs, Alain Cacheux raconte que "c'est compliqué et extrêmement variable". De son côté, Bernard Roman n'a pas donné suite aux sollicitations de francetv info.