Clémentine Autain et un millier de signataires appellent à un "big bang" à gauche

Les signataires de cette tribune publiée dans "Le Monde" réclament un changement pour "construire une espérance capable de rassembler et de mobiliser".

Clémentine Autain lors d\'un meeting de La France insoumise, le 7 mai 2019, à Bobigny (Seine-Saint-Denis).
Clémentine Autain lors d'un meeting de La France insoumise, le 7 mai 2019, à Bobigny (Seine-Saint-Denis). (AFP)

"Pour un big bang de la gauche." Un millier de signataires, dont les députées Clémentine Autain (LFI) et Elsa Faucillon (PCF), appellent dans une tribune, publiée mardi 4 juin par Le Monde, à la construction d'un nouveau "cadre de rassemblement politique et citoyen".

Au lendemain des élections européennes, où la gauche est apparue "en miettes, désertée par une très grande partie des classes populaires", les auteurs (élus, militants politiques, associatifs et syndicaux, artistes et intellectuels) estiment nécessaire "un big bang" pour "construire une espérance capable de rassembler et de mobiliser". Un changement d'ampleur qui doit "toucher aux formes de l'engagement", à l'heure où la "défiance est massive à l'égard des représentants et des partis politiques".

"Il est temps de se parler et de s'écouter"

Si le score remarqué des écologistes d'EELV aux européennes (13,47%) a permis à la gauche de totaliser 31,7% des voix, contre à peine 26% à la présidentielle de 2017, le scrutin européen a aussi été marqué par la déroute de LFI (6,31%) ainsi que les scores modestes de PS-Place publique (6,19%), de Génération.s (3,27%) et du PCF (2,49%). "Il est temps de se parler et de s'écouter, de se respecter pour pouvoir avancer en combinant le combat pour les exigences sociales et écologiques", dit le texte, dans ce qui peut se lire comme une critique implicite du fonctionnement de La France insoumise.

"'Insoumis', communistes, anticapitalistes, socialistes et écologistes décidés à rompre avec le néolibéralisme" doivent engager le dialogue mais aussi plus largement les citoyens, le monde syndical, poursuivent les auteurs. "Loin du ressentiment et de la haine pour moteur, nous devons faire vivre un horizon commun de progrès pour l'humanité", jugent-ils. Les signataires appellent à un rassemblement le dimanche 30 juin au cirque Romanès à Paris.