Assemblée nationale : les députés socialistes, écologistes et insoumis boycottent l'équipe de France des parlementaires car le RN est convié

Un match doit avoir lieu mercredi soir à Paris entre l'équipe de France des parlementaires et une sélection d'anciens footballeurs et d'artistes. Le groupe socialiste de l'Assemblée national explique "refuser cette banalisation de l'extrême droite" en raison de la présence de parlementaires du RN au sein de l'équipe.

Article rédigé par
Victoria Koussa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Lors d'un match de l'équipe de France des parlementaires contre le Variétés club de France, au stade Emile Anthoine pres de la Tour Eiffel, le 10 septembre 2014. Photo d'illustration. (FRANCOIS LAFITE / WOSTOK PRESS / MAXPPP)

Les députés socialistesécologistes et insoumis boycottent le match caritatif de l'équipe de France des parlementaires contre une sélection d'anciens footballeurs et d'artistes qui se tient mercredi 28 septembre, pour protester contre la présence des élus du Rassemblement national, a appris mardi franceinfo auprès des groupes socialistes, écologistes et insoumis de l'Assemblée nationale.

"C'est la première fois que le RN est convié à participer à un match de l'équipe de France de l'Assemblée nationale. Nous ne participerons pas non plus aux prochains matchs du XV parlementaire de rugby si le RN est présent."

Le groupe socialiste de l'Assemblée nationale

à franceinfo

Le groupe socialiste de l'Assemblée explique "refuser cette banalisation de l'extrême droite". Un élu socialiste, voulant rester anonyme, a confié a franceinfo qu'il ne voulait pas "jouer au foot avec des fachos". "Je combats leurs idées, ils sont dangereux pour la République, on ne peut pas expliquer toute la journée qu'ils sont dangereux et jouer au foot derrière", ajoute l'élu socialiste.

Via un communiqué, les députés insoumis membres de l’équipe parlementaire se disent enclins à "tacler l'extrême droite" mais pas "à lui faire des passes". Du côté de la majorité, la présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale, Aurore Bergé, recommande aux députés de la majorité de boycotter l'événement

"La politique s’arrête aux portes des vestiaires", selon l'UNFP

Dans un communiqué diffusé mardi sur son site internet, l'Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP) se félicitait pourtant que l'équipe de France des parlementaires était "apolitique" et que "la politique [s'arrêtait] aux portes des vestiaires". Le match a lieu mercredi soir à 18 heures au stade Emile-Anthoine à Paris et doit récolter des dons pour "lutter contre le harcèlement scolaire et le cyber-harcèlement", indique l'UNFP.

Tous les dons seront reversés à l'association e-Enfance qui gère le numéro 3018, pour les jeunes victimes de violences numériques. D'après les parlementaires insoumis, "le Rassemblement national a voulu faire de ce match, initialement dédié au service d’une bonne cause, un objet de récupération politique visant à affirmer sa prétendue 'normalisation'". La France insoumise refuse donc de se prêter à ce qu'elle qualifie de "récupération politicienne qui détourne le match de son réel enjeu : apporter des moyens à l’association e-Enfance, dont le but est d’assurer la protection des enfants sur Internet."

Les parlementaires doivent affronter la sélection Positive football, composée des footballeurs Sidney Govou, Clément Chantôme, Nicolas Douchez, Bruno Cheyrou, Franck Signorino, Laurent Pionnier, du vidéaste Michou, de l'humoriste Paul Mirabel, du rappeur Rim'K notamment.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parti socialiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.