Cet article date de plus de huit ans.

Pasqua : hommages à un homme de conviction à l'action controversée

Le décès de l’ancien ministre de l’Intérieur a été annoncé lundi soir. Sa famille politique salue une figure du gaullisme et ses opposants relèvent son passé de résistant et sa part d’ombre. Parmi les dernières réactions, celle de Jacques Chirac.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
  (Charles Pasqua, sa part de lumière et sa part d'ombre au gré des réactions © MaxPPP)

Charles Pasqua est décédé lundi, après avoir été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) a indiqué sur France Info son ami, Patrick Balkany, député-maire de Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, la terre politique de l'ancien ministre de l'Intérieur de Jacques Chirac. Il avait arrêté sa carrière politique en 2011, mais il avait tenu à assister le 30 mai dernier à la réunion fondatrice des Républicains, le parti qui a succédé à l'UMP.

Dans un communiqué, Jacques Chirac fait part de sa "très grande tristesse" après la disparition de Charles Pasqua. "C'est un homme de conviction, de passion pour la France, un grand serviteur de l' État, qui s'en va. Jacques Chirac perd un compagnon et un ami. Bernadette et Jacques Chirac s'associent au deuil de la famille et présentent à son épouse Jeanne leur très sincère sympathie."

A LIRE AUSSI ►►► L'hommage de Mélenchon à Pasqua : "Un républicain qui n'avait pas peur"

Sur France Info, le député-maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, a rendu hommage à Charles Pasqua, "celui qui m'a demandé d'aller reconquérir Levallois, il y a bien longtemps" . Patrick Balkany a ajouté que l'ancien ministre de l'Intérieur avait été très marqué il y a quelques mois "par la disparition de son fils unique" .

"Charles Pasqua, c'était notre père à tous dans les Hauts-de-Seine" (le député-maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany)
Nicolas Sarkozy, le président des Républicains, a rendu hommage à un "gaulliste intransigeant, toujours fidèle à ses idées". 

Nicolas Sarkozy rend hommage à Charles Pasqua, un "homme qui a passionnément aimé la France"

Interrogé sur France Info, Michèle Alliot-Marie, ancienne ministre de l'Intérieur, a évoqué la disparition de Charles Pasqua en parlant d' "un personnage marqué par sa fidélité à la France et à ses idées gaullistes"

 

"Charles Pasqua est celui qui a dit : il faut terroriser les terroristes" : (Michèle Alliot-Marie, ancienne ministre de l'Intérieur)
Eric Ciotti, député et président Les Républicains du conseil départemental des Alpes-Maritimes a estimé que c'était "un homme de conviction".  

 

Dans un bref communiqué, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a présenté ses condoléances à la famille et aux proches de Charles Pasqua en saluant la mémoire d'un homme, "dont la carrière politique a été notamment marquée par deux passages au ministère de l'Intérieur".  

La part d'ombre et les affaires qui ont touché et suivi Charles Pasqua ont été notamment évoquées par la secrétaire nationale de EELV, l'écologiste Emmanuel Cosse.

 

Emmanuelle Cosse fait référence à Malik Oussékine, un jeune homme mort sous les coups de la police lors d'une manifestation étudiante en 1986. 

De son côté, le chef de file des socialistes à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux a relevé le passé de résistant de Charles Pasqua, sans éluder "son action controversée ".

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.