Nicolas Sarkozy et "Paris Match", une histoire d'amour ?

Trois semaines après une interview exclusive à propos de littérature, l'hebdomadaire people fait sa une sur les vacances de l'ancien président : sans casque, sur une Vespa et avec Carla.

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni en une du magazine \"Paris Match\", daté du 24 juillet 2014.
Nicolas Sarkozy et Carla Bruni en une du magazine "Paris Match", daté du 24 juillet 2014. (PARIS MATCH)

Ce sont "deux amoureux en vacances" qui ont les honneurs de la couverture du dernier numéro de l’hebdomadaire Paris Match. On y voit, sur des photos à l’air faussement volées, Nicolas Sarkozy et Carla Bruni enlacés (et sans casques) sur une Vespa, puis à la plage avec leur fille Giulia. Un roman-photo qui n’est que le dernier épisode en date d’une longue série, savamment orchestrée, qui montre la vie privée de l'ancien chef d'Etat, heureux et serein, alors qu'il prépare son retour à la vie politique. 

On apprend dans l'article que Carla Bruni "lui a concocté un été tourné vers un seul but : décompresser". Il faut dire qu'"il en avait bien besoin" après une garde à vue "éprouvante" le 1er juillet dans l'affaire des écoutes. Toute la famille est là, dans leur résidence du Cap Nègre, raconte Paris Match, qui a recueilli les "confessions" de Carla Bruni et de proches du couple. Et cette année, "il y passe moins de politiques que d’habitude". Pas question de parler du possible retour de Nicolas Sarkozy donc, du moins ouvertement. "C’est un lieu propice à la réflexion", lâche tout de même un invité.

Le média idéal pour parler de politique sans en avoir l'air

Le 9 juillet, c’est déjà en exclusivité dans Paris Match que Nicolas Sarkozy n’avait pas parlé de politique, mais de littérature cette fois, livrant sa "face cachée" à Jean-Marie Rouart, membre de l’Académie Française. Attention tout de même : pour le romancier, "les livres que [les grands responsables politiques] lisaient me livraient une vérité souvent plus large que leurs discours politiques". Et comme prévu, la conversation dérape vite vers De Gaulle et Napoléon, et donc le sujet interdit :

"– Le problème, c’est que quand vous êtes dans l’île d’Elbe, vous n’avez qu’une seule ambition : en sortir. Vous me voyez dans l’île d’Elbe ?

– On ne vous voit pas y rester longtemps.

– La question du retour, de la renaissance, est une question pour moi beaucoup plus importante que celle de la revanche."

A mi-chemin entre people et politique, Paris Match est donc le média favori de Nicolas Sarkozy pour soigner son image privée et parler de politique sans en avoir l'air. Cette une est la quatrième consacrée par le magazine à Nicolas Sarkozy depuis octobre 2013, toujours accompagné de son épouse. Le 24 octobre, "tout [était] possible" avec Carla, la couverture évoquant "la tentation du retour". Le 19 février, ils étaient "ensemble sur la route" et Sarkozy "[testait] sa popularité". Le 12 mars enfin, Carla Bruni "se [battait] pour lui" qui était "espionné par les juges". Dans le même temps, le magazine n'a consacré qu'une couverture à François Hollande, sur sa rupture avec Valérie Trierweiler.

Des relations apaisées depuis la couverture sur Cécilia

Reste qu'entre Nicolas Sarkozy et Paris Match, l'idylle est récente. En 2005, une autre une avait provoqué la fureur du ministre de l'Intérieur de l'époque : elle montrait son épouse Cécilia en compagnie du publicitaire Richard Attias, qu'elle a depuis épousé. Alain Genestar, alors patron de Paris Match, assure depuis son limogeage un an plus tard, que Nicolas Sarkozy a eu sa peau. Dans un livre, Genestar raconte la "menace glaçante" qu'il lui profère par téléphone : "Jamais je n'oublierai ce que tu as fait." L'affaire avait refroidi pendant un temps les relations de l'ancien président avec un des amis les plus proches, celui qu'il appelait "son frère" : Arnaud Lagardère, qui était et est toujours propriétaire de Paris Match.