Régionales en Paca : Eric Ciotti et Bruno Retailleau demandent le retrait du soutien de LR à Renaud Muselier

"Nous ne pouvons pas être les témoins passifs d'une stratégie présidentielle destinée à nous éliminer. La droite doit avoir la force de ses convictions. Si elle est faible, elle disparaîtra", a déclaré Bruno Retailleau dans un communiqué mercredi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la région Paca, Renaud Muselier, quitte le siège du parti Les Républicains à Paris, le 4 mai 2021.  (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

"On ne peut pas sans cesse ruser avec nos électeurs et composer avec nos convictions." Deux figures du parti Les Républicains, le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau et le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, ont demandé mercredi 12 mai à leur parti de retirer son soutien à Renaud Muselier, qui compte intégrer des membres de LREM à sa liste pour les élections régionales en Paca.

"Nous ne pouvons pas être les témoins passifs d'une stratégie présidentielle destinée à nous éliminer. La droite doit avoir la force de ses convictions. Si elle est faible, elle disparaîtra", a prévenu dans un communiqué le sénateur de Vendée. 

"Je ne soutiendrai pas la liste de Renaud Muselier en Paca et j'appelle moi aussi à lui retirer le soutien LR", a affirmé de son côté, dans un message à l'AFP, Eric Ciotti, également président de la commission d'investiture du parti.

"La manipulation de Macron a réussi grâce aux fragiles convictions de quelques uns pour qui les places priment sur les valeurs", a dénoncé sur Twitter l'élu des Alpes-Maritimes, faisant part de sa "honte" et sa "tristesse""Ce sera sans moi", a-t-il martelé.

Niant une nouvelle fois tout "accord d'appareil" avec LREM, Renaud Muselier a confirmé mercredi que sa liste comprendrait des membres de LREM, mais pas Sophie Cluzel ni aucun autre ministre ou parlementaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Les Républicains

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.