Le Crif demande "une sanction exemplaire" contre Jean-Frédéric Poisson après ses propos sur Hillary Clinton et les "lobbies sionistes"

Jean-Frédéric Poisson a déclaré dans Nice-Matin "la proximité de Mme Clinton avec les superfinanciers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l'Europe et la France". Le Crif dénonce des "propos nauséabonds". "Je dis juste qu'Hillary Clinton est liée aux deux," a ensuite réagi le candidat à la primaire à droite.

Jean-Frédéric Poisson
Jean-Frédéric Poisson (JOEL SAGET / AFP)

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crifa demandé jeudi 20 octobre dans un communiqué à la Haute autorité de la primaire à droite "une condamnation ferme" des "propos abjects" de Jean-Frédéric Poisson tenus dans Nice-Matin. Il demande "une sanction exemplaire". Le candidat à la primaire s'est exprimé dans l'édition du 19 octobre du quotidien régional.

La proximité de Mme Clinton avec les superfinanciers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l'Europe et la FranceJean-Frédéric PoissonNice-Matin, 19 octobre 2016

Dans le communiqué, le Crif dénonce des "propos nauséabonds" et demande "aux 14 membres de la commission d'organisation de la primaire de la droite et du centre de prendre une sanction exemplaire à la mesure de la gravité de ces affirmations."

Le président du Crif, Francis Kalifat, estime "qu'au-delà de leur caractère insidieusement antisémite, ces propos relèvent des thèses conspirationnistes dont on sait qu'elles sont le fond de commerce des extrémistes les plus violents."

"Jean-Frédéric Poisson s'est placé en dehors du cadre de la primaire de la droite et du centre. Il s'installe aux côtés d'un Alain Soral ou d'un Dieudonné dont il épouse les thèses" est-il écrit dans le communiqué.

Il n'y a aucune espèce de thèse conspirationniste dans mes proposJean-Frédéric Poisson

De son côté, Jean-Frédéric Poisson a réagi à ces accusations. Le candidat à la primaire se défend d'avoir voulu faire un amalgame entre "les financiers de Wall Street" et les "lobbies sionistes", qu'il évoque pourtant dans la même phrase. "Je dis juste qu'Hillary Clinton est liée aux deux."