Cet article date de plus de huit ans.

Les principaux points de l'intervention télévisée de François Hollande

François Hollande était l'invité dimanche midi d'une édition spéciale du Supplément sur Canal+. Le chef de l'Etat a dressé le bilan de ses trois premières années à l’Élysée. Il a annoncé la création d'une prime d'activité et estimé que la grande réforme de son quinquennat sera le compte personnel d'activité.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
  (François Hollande était invité dimanche midi de l'émission "Le supplément" sur Canal+ © Maxppp)

C'était le rendez-vous politique de ce weekend. Pendant deux heures, François Hollande était l'invité de l'émission "Le Supplément" sur Canal+. Pour ses trois ans de mandat, le chef de l'Etat a finalement fait très peu d'annonces. L'essentiel était plutot de se montrer

Le décryptage d'Olivier Bost, du service politique de France info

Jusqu'à 700 morts redoutés dans le naufrage dans la nuit de samedi à dimanche d'un bateau de migrants en Méditerranée : à ce sujet, le président a réclamé une "réunion rapide" des ministres européens de l'Intérieur et des Affaires étrangères. Le chef de l'Etat a évoqué une "catastrophe terrible", "la pire", si ce bilan était confirmé, "de ces derniers années en Méditerranée". Il a également qualifié de "terroristes" ceux qui organisent ces voyages. La semaine dernière, un autre naufrage avait fait 450 morts.

François Hollande souhaite "une lutte beaucoup plus intense par rapport au trafic"

Le compte personnel d'activité : François Hollande a affirmé que ce compte, regroupant différents comptes existants et prévu pour 2017 pour chaque salarié, serait "la grande réforme" sociale du quinquennat.

La prime d'activité est une prime mensuelle pour toutes les personnes, y compris les moins de 25 ans, qui sont dans les petits boulots, l'intérim, ou encore le temps partiel. François Hollande a confirmé le lancement de cette mesure qui sera présentée dans le projet de loi sur le travail la semaine prochaine en Conseil de ministres. Pour le moment, on ne connait pas le montant de cette prime mais son objectif est clair : inciter les personnes sans emploi à reprendre un travail.

C'est "une prime pour que le travail soit valorisé" (François Hollande)

La loi sur le renseignement : François Hollande a annoncé qu’il saisira lui-même le Conseil constitutionnel sur la loi sur le renseignement pour apporter la "garantie" que ce texte est "bien conforme" à la loi fondamentale. Ce projet de loi renforce et encadre les pouvoirs des services de renseignement notamment en matière de collecte d'information et d'écoutes sur les téléphones mobiles et les objets connectés, trois mois après les attentats de Paris.

François Hollande : "Cette loi ne mettra pas, en aucune façon, en cause les libertés"

La proportionnelle : le chef de l’Etat a affirmé que l'introduction d'une dose de proportionnelle, qui fait "partie des discussions sur les institutions" se ferait "dans l'année 2016 si on doit faire des changements d'institutions".

Loi Macron : le président a proposé que des dispositions de la loi Macron imposent aux tribunaux de Prud'hommes un délai de "3 mois, 6 mois maximum" pour trancher les contentieux portant sur des licenciements, ainsi qu'un "barème" encadrant les indemnités versées. Une façon de rassurer les chefs d'entreprise lorsqu'ils embauchent quelqu'un en CDI selon le chef de l'Etat.

François Hollande : "Si le coût et les conditions de la rupture sont connus, c'est plus facile"

François Hollande répond à Marine le Pen : le chef de l'Etat a critiqué le discours social de la présidente du Front National. François Hollande a fait un parallèle avec le discours du parti communiste d'il y a 40 ans.

Marine Le Pen parle "comme un tract du Parti Communiste des années 70" (François Hollande)

Au sujet de Christiane Taubira : François Hollande a assuré que la garde des Sceaux serait "partie" du gouvernement "si elle n'était pas heureuse", défendant son courage et son "travail très important". "Christiane Taubira fait un travail courageux. Si elle n'était pas heureuse, elle serait partie". Le chef de l’Etat a regretté qu'elle soit "attaquée bassement" à droite et à l'extrême droite, citant "encore récemment, sur l'affaire de la petite Chloé", une attaque "qui a été déshonorante pour ceux qui s'y sont livrés". ►►► A LIRE AUSSI | Retrouvez ici les temps forts de l'intervention de François Hollande

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.