Cet article date de plus d'onze ans.

Les leadears politiques commentent la victoire de François Hollande

Les politiques n'ont pas beaucoup bougé sur leurs analyses de la veille. A droite, la déception est clairement affichée. A gauche on ne pavoise pas. Peut-être en raison du score finalement serré, et des lendemains qui s'annoncent difficiles.
Article rédigé par Francetv 2012
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La revue de presse matinale des radios (FTV)

Les politiques n'ont pas beaucoup bougé sur leurs analyses de la veille. A droite, la déception est clairement affichée. A gauche on ne pavoise pas. Peut-être en raison du score finalement serré, et des lendemains qui s'annoncent difficiles.

Honneurs aux vainqueurs, les caciques du PS n'en rajoutent pas, bien au contraire. Pierre Moscovici voit une belle victoire et ne veut pas qu'on pinaille sur un score finalement plus serré que prévu.

Vincent Peillon, le responsable des questios d'éducation au PS se projette déjà dans l'action gouvernementale. L'enjeu selon lui c'est la relance. Quant à l'austérité, si elle doit exister, elle doit toucher les plus riches.

A droite, on y a cru jusqu'au bout. A l'image de Xavier Bertrand qui pensait que cela pourrait se jouer au finish

Nadine Morano, la ministre de l'apprentissage parle elle d'injustice en écho à Henri Guaino, car la France a fait les bons choix dans la crise mondiale.

Quant à Jean-François Copé, il voit surtout que Nicolas Sarkozy n'a pas été balayé comme d'autres leaders européens, victimes de la crise. Son action n'a finalement pas été aussi mal perçue par les Français.

Enfin, Nathalie Kosciusko-Morizet, la porte-parole de Nicolas Sarkozy se projette déjà dans les législatives. Elle veut un rééquilibrage à droite. Car, dit-elle, se serait inédit en France qu'un camp concentre tous les pouvoirs entre ses mains.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.