Cet article date de plus de neuf ans.

Législatives: Jack Lang repasse par la Lorraine, sa terre natale.

Samedi 7 janvier, Jack Lang a été désigné par les militants socialistes locaux pour être le candidat aux législatives dans la deuxième circonscription des Vosges. L'ancien ministre de la culture trouve enfin un point de chute électoral. Parachutage ?
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jack Lang en 1977 à Nancy (AFP)

Samedi 7 janvier, Jack Lang a été désigné par les militants socialistes locaux pour être le candidat aux législatives dans la deuxième circonscription des Vosges. L'ancien ministre de la culture trouve enfin un point de chute électoral. Parachutage ?

Depuis ce matin, les blagues se multiplient sur twitter et les réseaux sociaux. Mais toutes exploitent la même veine et jouent sur l'adresse parisienne de l'ancien ministre de la culture: place des Vosges.

Pays

Comme un clin d'oeil à son destin. Mais en dehors de toute plaisanterie, dans les Vosges, Jack Lang joue à domicile.

Il y est né, plus précisèment à Mirecourt, capitale française de la lutherie. "Le lieu ne naissance ne veut rien dire. Ce qui compte c'est ce qu'on a fait pour une région", explique Christian Pierret, maire de Saint-Dié, principale ville de la circonscription promise à M. Lang "Il a été doyen de la faculté de Nancy et y a créé le festival de théâtre", rappelle t-il.

Avec cet ancrage lorrain, il espère pouvoir répondre ainsi aux accusations de parachutage.

M. Pierret, ancien ministre de l'industrie, a côtoyé M. Lang au gouvernement. Il est à l'origine de la venue de ce dernier en Lorraine.

"une bonne solution"

"Pendant les fêtes de Noël, nous nous sommes rendus compte que le candidat que les militants des Vosges avaient désigné en décembre aurait été déclaré inéligible pour des raisons administratives", explique M. Pierret. Une loi d'avril 2011 stipule en effet qu'un directeur de CCAS d'une commune ne peut être candidat aux élections législatives. Or c'est la fonction exercée par le candidat Jean-Marie Lalandre

Le maire de Saint-Dié pense donc à Jack Lang en recherche de circonscription et appelle Martine Aubry et François Hollande. "C'est une bonne solution" répondent-ils selon M. Pierret qui ajoute: "j'ai émis la seule condition qu'il soit élu par un vote des militants".

La solution est en effet bonne puisque la direction du PS n'aura pas besoin d'écarter un candidat déjà élu par les militants ou de réserver une circonscription sans passer par le suffrage interne.

Une circonscription difficile

Autant de stratagèmes qui auraient laissé une image déplorable dans l'opinion. Mais la solution est surtout bonne parce qu'il s'agit d'une circonscription à reconquérir. Elle est actuellement détenue par un député UMP.

M. Lang allait-il accepter de prendre un risque ? Selon M. Pierret, il n' a pas beaucoup hésité. Il m'a dit "qu'il voulait se battre et qu'il ne voulait pas qu'il soit dit qu'il allait dans un cocon", raconte le maire de Saint Dié.

Au contraire de la circonscription qui lui était proposé dans l'Aisne. Mais M. Lang ne s'engage pas dans un combat perdu d'avance. M. Pierret a été le député de la circonscription de 1978 à 1997. Ce fut donc une terre de gauche. Les Vosges sont le troisième plus gros département industriel en France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.