Cet article date de plus de neuf ans.

Le numéro 2 du FN, Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen, fait campagne en Israël

Le n° 2 du Front national, Louis Aliot, a achevé le 14 décembre une visite de deux jours en Israël pour faire campagne auprès des Français installés dans ce pays. Il a dit avoir reçu "un bon accueil" de ses interlocuteurs au micro de France Inter.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Louis Aliot (à la gauche de Marine Le Pen) en octobre2011 (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le n° 2 du Front national, Louis Aliot, a achevé le 14 décembre une visite de deux jours en Israël pour faire campagne auprès des Français installés dans ce pays. Il a dit avoir reçu "un bon accueil" de ses interlocuteurs au micro de France Inter.

Officiellement, Louis Aliot s'est rendu en Israël afin de lancer la campagne présidentielle de Marine Le Pen et présenter un candidat au poste de député de la 8e circonscription" des Français de l'étranger qui regroupe plusieurs pays méditerranéens, dont Israël.

"J'ai rencontré des Français qui y vivent ou y passent leur retraite. Ils sont très inquiets de la situation en France. Ils voulaient un peu connaître les positions du FN", explique M. Aliot au micro de France Inter.

Mais le compagnon de Marine Le Pen a également rencontré des élus israéliens "de tout bord". "Sur des questions telles que l'immigration, ils sont très attentifs à notre positionnement, considérant, comme nous, que les révolutions arabes sont quand même quelque part une menace pour la sécurité et l'équilibre général de la géopolitique", explique- t-il.

Il a tenté de les convaincre du changement de son parti sur la question de l'antisémitisme. "On ne peut résumer 50 ans de vie politique à un mot. C'est du passé cette affaire. Ils ne considéraient pas que
Jean-Marie Le Pen était quelqu'un d'antisémite, même s'ils considéraient quelques fois que ses propos étaient critiquables", résume-t-il.

"Le but, c'est de nouer un dialogue"

Cette visite intervient un mois après le voyage aux Etats-Unis de Mme Le Pen, à l'occasion duquel elle avait brièvement rencontré l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Ron Prosor. Le ministère israélien des Affaires étrangères avait immédiatement parlé de "bourde", affirmant que M. Prosor pensait se rendre à un événement de la mission française à l'ONU. Une thèse réfutée par le FN.

"Le but, c'est de nouer un dialogue, c'est la première fois qu'un dirigeant du FN va en Israël", a affirmé au "Monde" M. Aliot, qui compte rencontrer un ou plusieurs députés de la Knesset durant son séjour.

D'après 'Le Monde", ce déplacement de M. Aliot pourrait ouvrir la voie à un voyage de Mme Le Pen en Israël, même si "cela ne se fera pas avant la présidentielle", selon M. Aliot.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.