Cet article date de plus de neuf ans.

Le 8 mai des difficultés pour François Hollande

Les cérémonies du 68e anniversaire de la victoire des Alliés sur le régime nazi du 8 mai 1945, seront présidées par François Hollande en présence du président polonais Boronislaw Komorowski, en visite officielle en France. Un 8 mai sur fond d'impopularité croissante pour le président français et au lendemain de l'évocation d'un possible remaniement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Bronislaw Komorowski
doit participer aux cérémonies du 68ème anniversaire de la victoire du 8 mai 1945 sous l'Arc de
Triomphe, aux côté de François Hollande. Il doit également
déposer une gerbe au Panthéon sur les tombes de Marie Sklodowska-Curie et de
son époux Pierre Curie, ainsi que celles de Jean Monnet et de Jean Moulin. Des
cérémonies qui se déroulent dans une période compliquée pour le président
français.

L'impopularité de
François Hollande atteint en effet des niveaux record. En mai, sa cote a reculé
d'un point à 25% à cause de la désaffection des sympathisants de gauche, selon
le baromètre mensuel Ipsos-Le Point publié lundi. Un nouveau gouvernement Ayrault
serait-il la solution pour incarner "l'an II" de la présidence Hollande
?

"Pour l'instant
sans actualité" (François Hollande)

C'est avec cette courte
phrase, lors d'une conférence de presse mardi, que François Hollande a, pour le
moment, mis fin aux spéculations sur un éventuel remaniement du gouvernement. Sur
fond de chômage record, plusieurs figures de la majorité ont plaidé pour une
équipe gouvernementale resserrée. Pléthorique, le cabinet de Jean-Marc Ayrault
compte actuellement 37 membres.

La question d'un jeu de
chaises musicales dans l'équipe gouvernementale a en effet été relancée par une
interview du chef de l'Etat
à paraître mercredi dans Paris-Match. Le président
y déclare que "le remaniement viendra en son temps ", et précise que
"personne n'est protégé dans le gouvernement ".

Priés d'accélérer le
tempo des réformes lundi, les ministres sont prévenus : "Aujourd'hui, ce
sont des résultats que les Français attendent
", a dit François Hollande à
Paris Match, ajoutant : "Cette équipe doit en produire sur le chômage, le
logement, la consommation, l'éducation, la place de la France dans le
monde
".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.