Cet article date de plus de neuf ans.

La classe politique rend hommage à Vaclav Havel

Dimanche 18 décembre, Vaclav Havel, ancien président de la Tchécoslovaquie, est décédé à l'âge de 75 ans. C'était la grande figure symbole de la chute du communisme en Europe avec Lech Walesa. La classe politique française salue sa mémoire.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Vaclav Havel en 1989 lors de la "révolution de velours" (LUBOMIR KOTEK / AFP)

Dimanche 18 décembre, Vaclav Havel, ancien président de la Tchécoslovaquie, est décédé à l'âge de 75 ans. C'était la grande figure symbole de la chute du communisme en Europe avec Lech Walesa. La classe politique française salue sa mémoire.

Vaclav Havel, ancien président de la république tchèque, est décédé à l'âge de 75 ans. Il avait été l'investigateur de la révolution de velours qui avait vu la chute du communisme en Tchécoslovaquie sans effusion de sang. Dramaturge, il était l'une des consciences morales de l'Europe. Sans surprise, la classe politique française lui rend hommage. Mais derrière l'unanimité, chacun revendique plus ou moins finement une part de son héritage.

Nicolas Sarkozy a adressé ses condoléances au président tchèque Vaclav Klaus. "Il incarnait un engagement infatigable en faveur de la démocratie et de la liberté. La France perd un ami, l'Europe perd l'un de ses sages", écrit le président de la République dans une lettre adressée à son homologue tchèque.

François Bayrou a élé le premier à réagir à l'AFP. "Celui qui vient de s'en aller a été pour notre génération et toute la famille de pensée des démocrates dans le monde, un inspirateur et un repère", déclare le candidat du MoDem qui poursuit, "il représentait le plus formidable amour de la liberté et avait été exemplaire de l'homme public qui met le service de l'intérêt général avant ses préférences personnelles".

François Hollande évoque "une des voix les plus puissantes, les plus singulières, les plus admirables de notre histoire contemporaine". Le candidat socialiste à l'élection présidentielle ajoute: "il avait fait de ce qu'il nommait la politique de l'antipolitique un instrument implacable de libération et de progrès".

Eva Joly rappelle le soutien récent de Vaclav Havel aux Verts tchèques, "montrant ainsi que le combat pour la liberté est aussi celui de l'écologie". "Vaclav Havel n'a jamais cessé de revendiquer les droits de la conscience morale (...) à défendre les droits humains partout où ils étaient menacés", déclare la candidate d'Europe Ecologie.

Dominique de Villepin sur son compte twitter "salue avec tristesse la disparition de cet homme courageux qui a incarné aux yeux du monde l'Homme européen".

Pour Hervé Morin, candidat du Nouveau centre, Vaclav Havel incarnait "le symbole de la liberté et de la résistance" et pour Corinne Lepage "la résistance pacifique face à la folie des hommes".

La réaction du parti communiste était également attendue. "Hier dissident du régime communiste, monsieur Havel ne ménageait pas aujourd'hui ses critiques à l'égard du libéralisme. Son humanisme ne se satisfaisait d'aucun dogme politique quelqu'en soit le nom", explique Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, dans un communiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.