Cet article date de plus de sept ans.

L'Elysée nie avoir cherché illégalement dans les archives protégées de Sarkozy

Selon "Valeurs actuelles", "une cellule officieuse" pilotée par la présidence "veillait à orchestrer les affaires judiciaires contre Nicolas Sarkozy". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Sarkozy (G) et François Hollande, le 15 mai 2012, lors de la passation de pouvoir à l'Elysée à Paris.  (BERTRAND GUAY / AFP)

"Nous avons agi dans le strict respect du droit." Accusé, mercredi 30 octobre par l'hebdomadaire Valeurs Actuelles, d'avoir mis en place "une cellule officieuse [qui] veillait à orchestrer les affaires judiciaires contre Nicolas Sarkozy", l'Elysée se défend. 

Selon l'hebdomadaire, un "cabinet noir" aurait demandé à Bernard Muenkel, chef du service transmissions et informatique de l’Elysée, d’effectuer des recherches dans les archives électroniques protégées de la présidence de Nicolas Sarkozy. Le magazine accuse également le pouvoir en place d'être responsable de "fuites" dans la presse en rapport avec ces affaires, notamment celles qui concernent Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais, actuellement en cours d'instruction.

Valeurs actuelles s'appuient sur le témoignage de Bernard Muenkel, qui assure avoir été rétrogradé pour avoir "refusé de se plier à une demande illicite de la part du 'cabinet noir' de l'Elysée". De son côté, la présidence de la République déclare, dans un communiqué, avoir "été saisie, au printemps dernier, de trois réquisitions judiciaires auxquelles il a été répondu dans le strict respect du droit".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.