L'ancien député UMP Christian Vanneste relaxé pour ses propos sur les homosexuels

"Aucun véritable crédit ne peut sérieusement s'attacher à des propos que l'auteur ponctue lui-même de rires satisfaits", a expliqué le tribunal correctionnel de Paris.

Christian Vanneste, ancien député UMP du Nord, à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 15 février 2012.
Christian Vanneste, ancien député UMP du Nord, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 15 février 2012. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

L'ancien député UMP du Nord Christian Vanneste a été relaxé, jeudi 3 avril, par le tribunal correctionnel de Paris. Il était poursuivi pour complicité de provocation à la haine envers les homosexuels. En cause : des propos tenus dans une vidéo diffusée en 2012.

Christian Vanneste avait notamment déclaré que "l'un des fondements principaux de l'homosexualité (...) c'est le narcissisme", et qu'il y a "de plus en plus" d'homosexuels en politique. "Il y en a de plus en plus à droite, d'ailleurs, je remarque qu'ils se font la courte échelle." Et de poursuivre : "Vous en avez beaucoup dans le domaine de la culture (...), des médias, (...) par là-même il y a un renversement (...) de la proportion, du poids de l'homosexualité dans la société."

Le tribunal correctionnel de Paris explique sa décision ainsi : "Si les personnes visées peuvent s'estimer choquées par les propos poursuivis, il convient cependant de considérer qu'aucun véritable crédit ne peut sérieusement s'attacher à des propos que l'auteur ponctue lui-même de rires satisfaits et qui, pour l'essentiel, constituent une succession d'idées reçues et de poncifs, formulés sous un habillage pseudo psychanalytique et sociologique".

Les juges concluent avec cet argument : "Ainsi dénués de toute véritable portée, les propos incriminés n'apparaissent pas de nature à inciter les internautes à la haine, la violence ou à la discrimination envers les homosexuels."