Cet article date de plus de neuf ans.

Juppé juge "inadéquat" l’usage par Guéant du mot "civilisation"

Le chef de la diplomatie française a pris ses distances avec la phrase de son homologue de l’Intérieur ("Toutes les civilisations ne se valent pas"). Hors de l’UMP, la formule fait l’unanimité contre elle.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (AFP Fred Dufour Radio France)

Sur le fond, le ministre
des Affaires étrangères soutient son collègue : "*Claude Guéant est un
républicain qui partage et respecte les valeurs qui sont les miennes". Mais Alain Juppé trouve que "le mot de
civilisation peut prêter à confusion*** . Il faut éviter à tout prix le choc
des civilisations. Il n'y a
que le dialogue et l'échange qui peuvent être porteurs de progrès. Moi, je ne
parlerais pas, effectivement, de choc des civilisations, car
je pense que c'est inadéquat
".

Jean-Luc Mélenchon partage
la même objection sur les propos de Claude Guéant : "Ca s'appelle la
théorie du choc des civilisations, c'est la théorie de Samuel Huntington qui a
été le penseur pour les nord-américains des théories qui leur permettent
d'agresser la terre entière
", analyse le candidat du Front de gauche. Il  conteste aussi les mots choisis par Claude
Guéant : "La
civilisation dont il parle n'existe pas, le principe des droits de l'Homme,
c'est un principe politique, pas un fait de civilisation
".

L’islam visé, selon
Bayrou et Mélenchon

Le
ministre de l'Intérieur a confirmé hier ses propos de samedi. Sur France Inter, il a précisé ne viser "aucune culture en particulier ", avant
de citer deux exemples liés à l'islam : le port du voile intégral et les prières
de rue.

Sur ce point, Jean-Luc
Mélenchon et François Bayrou se rejoignent. "Ce qui est visé, c'est
l'islam
", pour le centriste. "C'est du baratin pour porter une espèce
de détestation des musulmans qu'il s'agit
de structurer et de mettre en mots
", selon l’ancien socialiste.

François Bayrou voit
aussi dans le discours de Claude Guéant "un dangereux détournement de
pensée car il y a une volonté de dresser les sociétés les unes contre les
autres. Or un dirigeant politique  devrait s'interdire d'exciter les sentiments du peuple
dont il a la charge contre une partie importante de l'humanité et contre des
concitoyens
". Le candidat du MoDem remarque aussi que "notre
civilisation, matérialiste, vouée à l'argent, mérite souvent elle-même la
critique
".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.