Malade, Jean-Louis Borloo renonce "à ses fonctions et mandats" politiques

Le président de l'Union des démocrates indépendants (UDI) l'a annoncé dans un courrier aux membres de son parti.

Le président de l\'UDI, Jean-Louis Borloo, le 18 janvier 2014 à Paris.
Le président de l'UDI, Jean-Louis Borloo, le 18 janvier 2014 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Jean-Louis Borloo démissionne. Le président de l'UDI (centre-droit) et du Parti radical a annoncé, dimanche 6 avril, dans un courrier aux membres de son parti, qu'il mettait "un terme à ses fonctions et mandats" politiques.

Francetv info revient sur cette annonce.

Que lui arrive-t-il ?

Hospitalisé en janvier pour une "pneumonie aiguë frontale", l'ancien ministre estime que son état de santé ne lui permet plus d'assumer ses fonctions. "Je n'ai pas en l'état toute l'énergie nécessaire pour remplir complètement toutes mes responsabilités", écrit celui qui aura 63 ans lundi. "J'ai donc décidé de laisser la place libre à celles et ceux qui vont prendre le relais", ajoute-t-il.  Aucune date de retour n'avait été annoncée après sa sortie de l'hôpital le 4 février.

Quels étaient ses mandats ?

Président de l'UDI et du Parti radical, Jean-Louis Borloo est surtout député de la 21e circonscription du Nord. Sur i-Télé, le porte-parole du groupe UDI à l'Assemblée, Jean-Christophe Lagarde, a précisé que son patron allait probablement démissionner de son siège de député. Une législative partielle devrait donc être organisée pour le remplacer.

Quelles conséquences politiques ?

Au-delà d'une éventuelle législative partielle, cette annonce est un coup dur pour l'UDI et pour l'Alternative, le mouvement centriste né d'une alliance avec le MoDem de François Bayrou. Sur Twitter, le député UDI Yannick Favennec estime même que ce départ signe la fin de son parti.

François Bayrou s'est montré plus optimiste. "La démarche d'existence et d'unité du centre qui a été la nôtre depuis cet automne va se poursuivre. Nous en sommes tous responsables", a déclaré le patron du MoDem, après avoir souhaité à son collègue un "rétablissement le plus rapide possible".

Plus concrètement, l'absence de Borloo pourrait avoir des conséquences dès les européennes. L'Alternative avait prévu de présenter des listes indépendantes de l'UMP. Sur i-Télé, l'UMP Valérie Pécresse a estimé que la voix de Jean-Louis Borloo "manquera à l'UDI dans cette future campagne". "C'est pour ça que je continue d'appeler à une liste unique UDI-UMP pour ces européennes", a-t-elle glissé.