Cet article date de plus de neuf ans.

Hollande, une première conférence de presse pour "donner du sens" à son action

François Hollande monte "en première ligne" en tenant mardi à 17 heures, la première conférence de presse de son quinquennat. Un moment qui s'annonce important pour le chef de l'État, malmené dans les sondages et confronté aux nombreuses critiques, jusque dans sa majorité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

C'était une promesse de campagne de François Hollande :
tenir une conférence de presse tous les six mois. Pour le moment, la promesse est tenue. Mais
pas complètement. Dans le même temps, le candidat Hollande promettait d'accueillir
les journalistes dans un lieu neutre. C'est finalement à l'Élysée  – comme ses prédécesseurs – que le chef
de l'État sera face aux 400 journalistes accrédités. Une conférence à
suivre en direct dès 17 heures sur franceinfo.fr.

Repartir à la conquête de l'opinion

La semaine dernière, dans des "confidences" offertes
aux hebdomadaires, le chef de l'État a affiché sa volonté d'aller " en
première ligne
" après avoir – dans les premiers temps de sa présidence –
imprimé un " style moins obsédant, moins oppressant " . Allusion directe
à son prédécesseur Nicolas Sarkozy.

En " première ligne " donc, François Hollande va
tout d'abord devoir répondre aux critiques. Critiques de l'opposition qui lui
reproche les " couacs " et " *l'amateurisme "* du gouvernement.
Mais les critiques viennent également de la gauche de la gauche qui fustige les
renoncements du chef de l'État. François Hollande va également tenter de
repartir à la conquête de l'opinion, alors que les sondages sont en baisse.

Des dissensions au sein de la majorité

Le chef de l'Etat va ainsi devoir expliquer son action et replacer les
débuts du quinquennat dans un schéma d'ensemble. Bref comme il le dit lui-même " donner
du sens à son action, tracer des perspectives
" . Expliquer que les mesures
de rigueur adoptées sont nécessaires pour faire face à la crise mais que
celles-ci déboucheront sur une amélioration de la situation dans deux ans.

Ces deux heures devraient donc permettre de balayer
l'ensemble des sujets qui ont fait débat ces dernières semaines. Il devrait être
question de compétitivité, hausse de la TVA, mariage pour tous. Les relations
entre les différentes composantes de la majorité devraient aussi être abordées.
Depuis le début du quinquennat, des tensions sont apparues entre les Verts et
le PS
tandis qu'au Sénat, les communistes ont à plusieurs reprises voté contre des
textes gouvernementaux
.

Une conférence attendue

Cette conférence de presse a déjà été abondamment commentée, avant même
sa tenue. Jean-François Copé, le secrétaire général de l'UMP attend ainsi " un
moment d'autocritique
" du président. Jean-Yves Le Drian, ministre de
la Défense, estime que " les Français attendent qu'il mette l'ensemble
des actions qu'il a initiées en cohérence et en perspective
" .

Cette
déclaration du ministre a " sidéré " * Jean-Christophe Cambadélis
député PS de Paris. "
Le
problème de François Hollande, c'est moins Hollande que les h ollandais. J'étais
sidéré de voir hier les ministres annoncer sur un ton un peu comminatoire ce
que devrait être la conférence de presse du président de la République".*

Cette conférence de presse arrive
après une semaine durant laquelle l'Élysée est revenu sur le devant de la
scène. Si François Hollande a laissé à Jean-Marc Ayrault le soin de
"vendre" le rapport Gallois, le président de la République en a
ensuite assuré le service après-vente. 

Le chef de l'État est ensuite allé signer les premiers contrats "emplois d'avenir". Enfin c'est à François
Hollande en personne que Lionel Jospin est venu remettre son rapport sur la
rénovation de la vie politique française

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.