Hôtesses du Tour de France : "Il n'y a rien de sexiste" pour la ministre des Sports, Laura Flessel

La Ville de Paris a interpellé le gouvernement pour demander la fin des hôtesses "potiches" sur le Tour de France pour mettre fin à ce qu’il estime être un "stéréotype sexiste". Ce qu’a réfuté la ministre des Sports, Laura Flessel, mercredi sur France Inter.

Laura Flessel, la ministre des Sports.
Laura Flessel, la ministre des Sports. (MAXPPP)

Laura Flessel, ministre des Sports et ancienne escrimeuse, a été interpellée au début du mois de mai par la Ville de Paris qui ne veut plus d'hôtesses "potiches" embrassant le vainqueur du Tour de France sur les Champs-Elysées. C'est une "représentation d'une autre époque", avait alors estimé Hélène Bidard, adjointe PCF chargé de la lutte contre les discriminations auprès de la maire PS de Paris, Anne Hidalgo.

"Il n'y a rien de sexiste" dans la présence d'hôtesses sur les podiums du Tour de France, a estimé mercredi sur France Inter la ministre des Sports Laura Flessel. "Il ne faut pas mettre du sexisme partout" a -t-elle affirmé.

Mieux payer les hôtesses ?

La ministre des Sports a affirmé qu'"une revalorisation" des "actions" de ces jeunes femmes pouvait "peut-être" être envisagée. "Ce sont souvent des étudiantes qui gagnent aussi un petit salaire pendant ce Tour de France (…) mais je pense que ces jeunes filles ne sont pas mal utilisées". La Ville de Paris, qui a également interpellé l'organisateur de la compétition cycliste Amaury Sport Organisation et le directeur du Tour, Christian Prudhomme, propose de remplacer ces hôtesses par des jeunes champions et championnes.