Cet article date de plus de neuf ans.

Gaza : le Parti de Gauche "dégoûté" par l'attitude du gouvernement

Invité de France Info ce mardi matin, Éric Coquerel, secrétaire national du Parti de Gauche, a pointé du doigt le rôle du gouvernement dans les incidents autour de deux manifestations propalestiniennes. Plus largement, il juge "très mauvaise" la façon dont le gouvernement traite ce conflit israélo-palestinien sur le sol français et au point de vue diplomatique.
Article rédigé par Edwige Coupez
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Éric Coquerel, secrétaire national du Parti de Gauche © Maxppp)

La semaine dernière, le Parti de Gauche n'a pas appelé à descendre dans la rue pour manifester contre l'intervention israélienne dans la Bande de Gaza. Et pour cause, le gouvernement a décidé d'interdire tout rassemblement, par crainte de troubles à l'ordre public. S'en sont suivis deux défilés, à Paris dans le XVIIIe arrondissement et à Sarcelles dans le Val-d'Oise, conclus par des affrontements avec les forces de l'ordre.

Pour Éric Coquerel, secrétaire national du Parti de Gauche, "les principaux responsables ce sont ceux qui ont interdit la manifestation " car "c'est évident que des gens veulent réagir " à la situation en cours à Gaza.

"Nous sommes dégoûtés par ce qui se passe" (Éric Coquerel, PG)

Selon lui, il n'y avait "pas de raison que les choses se passent mal " mais "d'après les témoignages, lorsque le cortège est arrivé, c'était une véritable souricière ". Le jugement du secrétaire national du Parti de Gauche est sans concession : "La façon dont ce gouvernement traite ce conflit est très mauvaise ".

À propos de l'intervention israélienne à Gaza, Éric Coquerel estime qu'"il faudrait que l'Onu soit saisie de cette question pour rétablir la paix ". Car pour lui, l'attitude du gouvernement est irresponsable : "Il renvoie dos à dos une armée d'un État très soumis au lobby des colons, et le peuple de Gaza ".

Eric Coquerel : "Nous sommes dégoûtés par ce qui se passe"
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.