Cet article date de plus de cinq ans.

Marine Le Pen ne profite pas de la rupture avec son père, selon un sondage

Après le psychodrame politico-familial et un 1er-Mai raté, la présidente du FN enregistre un trou d'air auprès de l'opinion.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La présidente du Front national, le 6 mai 2015 à Prague (République tchèque). (MICHAL CIZEK / AFP)

La brouille avec son père ne lui a pas profité. Selon un sondage Ifop publié dimanche 10 mai dans le JDD, la rupture entre Jean-Marie et Marine Le Pen n'a pas amélioré l'image de la présidente du Front national ni augmenté son potentiel électoral.

Une image écornée

Ainsi, 67% des personnes interrogées (contre 78% en novembre) trouvent qu'elle "s'oppose aussi bien à l'UMP qu'au gouvernement", 64% (contre 62% il y a six mois) qu'elle est "sectaire", 50% (contre 59%) qu'elle "veut vraiment changer les choses", 40% (contre 43%) qu'elle "comprend les problèmes des gens" et 29% (contre 32%) qu'elle "a des solutions pour sortir le pays de la crise".

"Si Jean-Marie Le Pen quittait le Front national, est ce que cela pourrait vous inciter à voter pour ce parti lors des prochaines élections ?" A cette question, les électeurs n'ayant voté ni pour Marine Le Pen à l'élection présidentielle, ni pour le FN aux européennes (soit 80% de l'échantillon), sont 13% à répondre "oui", contre 17% début avril et 14% en juin.

Sondage réalisé par téléphone du 7 au 9 mai auprès d'un échantillon de 949 personnes, représentatif de la population française adulte (méthode des quotas).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.