Renoncement de François Hollande : Manuel Valls salue "le choix d'un homme d'Etat"

François Hollande a mis fin au suspense, jeudi soir, en renonçant à briguer un second mandat en 2017, une annonce inédite dans l'histoire de la Ve République. Elle ouvre le bal de la succession à gauche, au terme d'un quinquennat marqué par une persistante impopularité.

Ce direct est terminé.

avatar
Elise LambertFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Fin du suspense. Alors que l'ouverture des dépôts des candidatures à la primaire initiée par le PS a débuté jeudi 1er décembre, François Hollande annonce, à 20 heures, dans une allocution depuis l'Elysée, qu'il renonce à briguer un second mandat présidentiel. 

>> Suivez en direct les réactions au lendemain de l'annonce de François Hollande

C'est la première fois qu'un président en exercice de la Ve République renonce à briguer un second mandat. Dans un communiqué diffusé une heure après, le Premier ministre a salué "le choix d'un homme d'Etat"

Le renoncement surprise. "J'ai décidé de ne pas être candidat à l'élection présidentielle, au renouvellement donc de mon mandat." a déclaré François Hollande la voix blanche. Pour revoir l'intégralité de son allocution, cliquez ici

Dix minutes d'allocution. Testament politique, appel au rassemblement de la gauche, programme de François Fillon ... Ce qu'il faut retenir du discours de François Hollande est à lire ici

Des réactions nombreuses"Le président de la République admet, avec lucidité, que son échec patent lui interdit d'aller plus loin", a réagi François Fillon. De son côté, Emmanuel Macron salue "une décision courageuse". Découvrez toutes les réactions politiques dans notre article

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

23h00 : Le bilan économique de François Hollande est-il son talon d'Achille ? Le journaliste de France 2, François Lenglet, donne quelques éléments de réponse.




22h57 : Le journal britannique The Independent titre sur "François Hollande se retire afin de vaincre 'le conservatisme et l'extrêmisme'".

22h54 : La une de Var-Matin, évoque le "dépôt de bilan" de François Hollande.

22h53 : La une du journal L'Union, détournant la célèbre anaphore de campagne du président "Moi, président":

22h51 : Les journaux régionaux font aussi leur une, demain, sur l'annonce de François Hollande. Ci-dessous, l'édition de Tulle du journal La Montagne.

22h49 : Dans un communiqué, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS), "salue ce geste de dignité et de responsabilité. Cette décision difficile, prise au nom de l'intérêt supérieur du pays, force le respect."

22h41 : Si la gauche salue une décision "digne", les réactions sont plus critiques du côté de "la gauche de la gauche". "On ne peut pas impunément renoncer aux valeurs de gauche et trahir les engagements de campagne au nom du changement, après 10 ans avec la droite au pouvoir, sans en payer le prix", écrit le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles, sur Facebook.




(OLIVIER DARTIGOLLES)

22h34 : "L'envie, je l'ai, c'est mon inclination personnelle" mais "je ne ferais pas de choix de candidature si, d'évidence, elle ne pouvait se traduire par une possibilité de victoire." confiait-il dans ce livre.

22h34 : Dans Conversations privées avec le président, des journalistes Antonin André et Karim Rissouli, un autre livre de confessions paru en août, François Hollande évoquait aussi la possibilité de renoncer à un second mandat présidentiel.

22h32 : Cette décision était-elle mûrie depuis longtemps ? "Ça continue ou ça s'arrête (...). Mais si ça doit s'arrêter, ce qui est tout à fait possible, ça s'arrête. Ce n'est pas une catastrophe personnelle", déclarait François Hollande en septembre 2015, cité par les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans leur livre Un président ne devrait pas dire ça...

22h23 : Que reste-t-il des "60 engagements pour la France" proposés par François Hollande durant sa campagne ? Promesses tenues, promesses bafouées, voici le bilan de François Hollande à l'Elysée.



(IAN LANGSDON / POOL)

22h21 : Le 15 mai 2012, de nombreuses personnes s'étaient rassemblées sur la place de la cathédrale, à Tulle (Corrèze), pour célébrer la victoire de François Hollande.

22h15 : France 3 Limousin revient sur le parcours du "Président corrézien". Maire de Tulle, député et président du Conseil départemental, c'est dans cette région que François Hollande s'est officiellement lancé dans la course à la présidentielle en 2011.

22h09 : Bonsoir@anonyme. Il est tout à fait possible d'être candidat et Premier ministre en même temps. C'était le cas pour Lionel Jospin en 2002, Edouard Balladur en 1995 et Jacques Chirac en 1988, par exemple. En revanche, aucun d'eux n'a réussi à se faire élire dans cette position.

22h09 : Manuel Valls peut-il être candidat et Premier ministre ?

22h03 : Un moment de dignité comme la politique en était devenue avare. L'exigence pour les gauches est colossale.ChT

22h10 : De nombreuses personnalités politiques continuent de réagir. Nous avons rassemblé quelques réactions dans cet article.


22h02 : Avant d'accéder à l'Elysée, François Hollande avait publié deux livres : Le rêve français en 2011 et Changer de destin en 2012. Nous les avons relus cette année, quatre ans après l'arrivée au pouvoir de François Hollande. Cohérence politique, divisions au sein du PS... Voici notre analyse.

François Hollande célèbre sa victoire à Tulle (Corrèze), le 6 mai 2012. 

(REGIS DUVIGNAU / REUTERS)

21h56 : "Il faut que la gauche retrouve ses fondamentaux", a réagi Gérard Filoche, membre du PS et candidat à la primaire de la gauche sur notre radio. "Valls et Hollande c'est pareil. C'est vert-choux et choux-vert", a-t-il rajouté, précisant militer pour un rassemblement "rose, rouge, vert" avec Marie-Noëlle Lienemann, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg.




(CITIZENSIDE / jaoued IDAMMOU)

21h51 : "J'ai toujours exprimé mon respect à l'égard de la personne et de la fonction", a déclaré Emmanuel Macron sur RTL.

(RTL / FRANCE 2)

21h48 : Voici la une du Figaro demain. Le quotidien titre sobrement :"La fin".

21h47 : Son mandat est marqué par plusieurs opérations militaires extérieures (Mali, Centrafrique, Irak, Syrie), et est également celui des pires attentats commis en France depuis la Libération (238 morts) : Charlie Hebdo, 13-Novembre à Paris et Saint-Denis, et Nice le 14 juillet dernier.

Le déplacement sous haute protection de François Hollande au Bataclan (Paris), dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015, quelques heures l'attentat qui a fait 89 morts dans la salle de spectacle. (MIGUEL MEDINA / AFP)

21h43 : François Hollande est rapidement devenu impopulaire après son accession à l'Élysée. Les derniers sondages d'intention de vote pour la présidentielle de 2017 lui sont d'ailleurs très défavorables. Si le premier tour de la présidentielle avait lieu ce week-end, seul 9, 8, voire 7 % des sondés voteraient pour lui, selon les enquêtes d'opinion publiées cette semaine.

21h44 : Élu par 51,6% des voix en 2012 face à Nicolas Sarkozy, François Hollande est donc le premier président de la Ve République à renoncer à briguer sa succession (pour un second mandat), exception faite de Georges Pompidou, mort en fonctions en 1974.

21h33 : Si vous n'avez pas suivi l'annonce de François Hollande, notre article la résume en gifs.

21h29 : Libération titre "Sans moi", avec une photo du président de dos.

21h28 : Voici quelques unes des journaux de demain, "Au revoir, président" pour 20 Minutes.

21h25 : En meeting à Toulouse, le député Benoît Hamon a réagi : "Je suis plus que jamais candidat à la primaire (...) C'est une décision éminemment respectable, elle ouvre la voie au Premier ministre qui avait jusqu'ici beaucoup joué des coudes pour en arriver là."




(FRANCE 2)

21h23 : Cette annonce intervient après une semaine tendue entre François Hollande et Manuel Valls. Dimanche, le Premier ministre s'est déclaré "prêt" pour la primaire de la gauche, avant de reculer face à une possible candidature du président. Notre article vous explique ce que Manuel Valls pourrait envisager pour 2017.

Manuel Valls à l\'Assemblée nationale, le 29 novembre 2016.

(JACQUES DEMARTHON / AFP)

21h17 : "Il a choisi de clore par lui-même, et de lui-même, un quinquennat au contenu controversé. Il a pris une décision qui lui vaudra la reconnaissance du peuple de gauche."

Arnaud Montebourg a réagi depuis son meeting de Pau, alors qu'il s'est officiellement déclaré candidat à la primaire de la gauche aujourd'hui.

21h17 : Le Premier ministre ne s'exprimera pas aujourd'hui. Il doit s'exprimer samedi, lors d'un congrès de la "Belle alliance populaire", un mouvement de rassemblement de la gauche lancé par le PS au printemps.

21h11 : Manuel Valls salue "le choix d'un homme d'Etat", dans un communiqué à l'AFP

21h10 : Enfin une sage décision... Place aux ambitions pour ceux qui restent en piste.

21h10 : Enfin une bonne nouvelle pour la France.

21h09 : La réaction du président de ne pas se représenter prouve son incompétence.

21h09 : Une décision n'est pas forcément un échec.

21h08 : Je n'aurais pas revoté pour lui en 2017, mais je dois bien reconnaître son courage. D'autres avant lui n'ont pas eu ce cran !

21h07 : Voici un grand homme qui aime son peuple et qui sait où il veut aller. Les français se souviendront de lui comme d'un modèle.

21h07 : Dans les commentaires, vous êtes toujours nombreux à vous réjouir, ou à regretter, la décision de François Hollande.

21h06 : La décision de François Hollande représente "une immense tristesse pour tous ceux qui l'ont accompagné durant ce quinquennat", déclare Bruno Le Roux, chef de file des députés socialistes à l'Assemblée nationale, dans un communiqué. "Sa décision a la même force que son action : penser l'intérêt supérieur de la France, préserver l'unité des Français. François Hollande est et restera un grand président."

21h05 : "En gros il nous explique qu'il a fait beaucoup de choses plutôt bien, mais que ça ne va pas assez vite, et qu'il a fait quelques erreurs, il en a fait une, c'est en fonction de ça qu'il ne se représente pas. C'est une justification un peu atypique, un peu particulière."

Invité de notre radio, le député Les Républicains a réagi à l'annonce de François Hollande. Il a estimé que le président a été "foutu dehors par son Premier ministre et son ex-ministre des Finances".




(CITIZENSIDE / Paul Alfred-Henri /)

20h59 : "Ce retrait prématuré d'un président en exercice, inédit dans l'histoire de la Ve République, résonne comme un terrible aveu d'échec de l'ensemble de son quinquennat, qui aura été synonyme de reculs majeurs pour la France. Cette décision intervient après des semaines d'un inconvenant psychodrame au plus haut sommet de l'Etat, alors même que la France est confrontée à des menaces et à une situation particulièrement difficile après cinq ans d'un pouvoir socialiste qui aura manqué à tous ses devoirs."

Le nouveau secrétaire général du parti des Républicains s'est exprimé dans un communiqué.



(CITIZENSIDE / Paul Alfred-Henri / Citizenside)

20h52 : Le dessinateur Plantu réagit en dessin à la décision de François Hollande.