Cet article date de plus de neuf ans.

François Fillon dénonce une UMP "caricaturale et étriquée" et veut rassembler

A six jours de l'élection pour la présidence de l'UMP, François Fillon a tenu un dernier meeting lundi soir à Paris. Devant 4.000 sympathisants, il a attaqué directement son adversaire, Jean-François Copé; s'en est pris à François Hollande et s'est posé en rassembleur.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Benoit Tessier Reuters)

Les sondages donnent François Fillon gagnant de l'élection
à la présidentielle de l'UMP. Mais peu importe. Lundi soir, le député de Paris
est passé à l'attaque. Lors de son dernier meeting avant l'élection du 18
novembre, il s'en est pris au deuxième nom sur la liste des candidats,
Jean-François Copé. "Certains pensent que l'on gagnera la France en prenant tous
les virages à droite. Moi j'ai la conviction qu'on la gagnera par la droite,
par le centre et même par la gauche
", a-t-il lancé aux 4.000 sympathisants
rassemblés au Palais des Congrès de Paris. Car François Fillon a l'intention de
rassembler. "La gauche rêve d'une UMP caricaturale et étriquée, étouffée
par le centre et rongée par l'extrême droite
", sous-entendu avec M. Copé.
"En revanche, la gauche craint notre
projet d'une UMP crédible et rassembleuse, qui élargit les frontières de son
influence politique
", sous-entendu avec lui.

Assumer les années
Sarkozy

Dramatisant parfois l'enjeu
du scrutin de dimanche, François Fillon a plaidé pour une forte "participation "
des électeurs.

Il a également rendu
hommage à Nicolas Sarkozy, en assumant les réformes de ce "quinquennat
tonitruant
" dont il "ne regrette rien. J'assume de n'avoir jamais cédé
aux intimidations de la rue
".

Avant lui, plusieurs orateurs
s'étaient succédé à la tribune dans le même état d'esprit. Christian Estrosi a revendiqué
son engagement de toujours auprès de l'ancien président. Valérie Pécresse a
quant à elle exhorté les adhérents UMP à ne se poser qu'une question lors du
vote: "Qui peut nous faire gagner et sauver la France de la politique
délétère de François Hollande ?
". Elle y a elle-même répondu : Il ne
s'agit pas de désigner "un animateur " ni un homme qui "clive "
et "divise " mais "un chef, un leader charismatique comme Alain
Juppé et Nicolas Sarkozy
", les deux précédents présidents de l'UMP.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.