Cet article date de plus de dix ans.

François Baroin annnonce qu'il n'y aura pas de 2e journée de solidarité dans le plan d'économies

Le ministre de l'Economie, François Baroin, a annoncé dimanche soir que l'option d'une deuxième "journée de solidarité" ne serait pas retenue parmi les mesures du nouveau plan d'économies qui sera dévoilé lundi par François Fillon.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Economie, François Baroin. (ERIC PIERMONT / AFP)

Le ministre de l'Economie, François Baroin, a annoncé dimanche soir que l'option d'une deuxième "journée de solidarité" ne serait pas retenue parmi les mesures du nouveau plan d'économies qui sera dévoilé lundi par François Fillon.

M. Baroin, invité dimanche du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro, a indiqué que l'idée d'instaurer une journée supplémentaire de solidarité était "une piste qui ne sera pas retenue puisque le sujet du temps de travail est suffisamment important au regard de la vitalité de notre démocratie sociale".

"La question du temps de travail n'est pas en elle-même une question taboue, mais nous sommes dans une démocratie sociale active et ce n'est pas un sujet que l'on peut prendre à la légère, qui nécessite des discussions" avec les partenaires sociaux et économiques, a-t-il ajouté. "Il n'est pas adapté à la situation présente d'ouvrir un tel débat à travers une mesure du style, une journée de solidarité en plus, c'est un débat qui va beaucoup plus loin", a-t-il assuré.

Pas de "mesurettes symboliques"

Sans dévoiler les mesures qui seront annoncées lundi par le Premier ministre, le ministre de l'Economie a prévenu dimanche soir que le nouveau plan d'austérité ne serait ni "une addition de mesurettes symboliques"pour satisfaire les agences de notation ni "un plan pour amuser la galerie".

D'ultimes consultations se sont poursuivies tout le week end pour mettre au point ce "Plan d'équilibre des finances publiques" dont l'objectif est de dégager 6 à 8 milliards d'euros, alors que la prévision de croissance a été officiellement ramenée de 1,75% à 1%.

L'idée d'une nouvelle "Journée de solidarité", sur le modèle de celle instaurée en 2004 en faveur de la prise en charge des personnes âgées et des handicapés, tenait "moins la corde" dimanche. Initialement fixée au lundi de Pentecôte, cette journée a rapporté 2,4 milliards d'euros en 2010.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.