Cet article date de plus de neuf ans.

Eva Joly s'attache à afficher l'unité de son équipe de campagne présidentielle

La candidate d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) à l'élection présidentielle, Eva Joly, a présenté jeudi 1er novembre son équipe de campagne. Sans surprise, Stéphane Sitbon-Gomez en est le directeur. Le mot d'ordre de cette équipe est rassemblement.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Eva Joly, lors de la présentation de son équipe de campagne jeudi 1er novembre à Paris (ST)

La candidate d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) à l'élection présidentielle, Eva Joly, a présenté jeudi 1er novembre son équipe de campagne. Sans surprise, Stéphane Sitbon-Gomez en est le directeur. Le mot d'ordre de cette équipe est rassemblement.

Rassemblement. C'est le mot d'ordre que s'est efforcée de faire passer Eva Joly, jeudi à Paris lors de la présentation de son équipe de campagne, alors que la fin du mois de novembre a été marquée par l'accord entre le PS et EELV, critiqué dans les deux camps.

"C'est une nouvelle étape de ma campagne, toute la famille est là. Si vous avez pu penser qu'il y a eu des moments de solitude, tout cela est bien terminé", a-t-elle déclaré en présentant cette équipe dans un café parisien.

Même son ancien porte-parole Yannick Jadot, qui avait claqué la porte lorsqu'elle avait tergiversé pour dire si elle voterait ou non pour François Hollande au second tour en 2012, était présent à une place secondaire, au sein du "conseil stratégique".

Une "direction de la mobilisation"

Pour le reste, l'équipe est très fournie avec le jeune directeur de campagne, Stéphane Sitbon-Gomez, accompagné par Sergio Coronado à la direction de la communication, de la stratégie et du porte-parolat.

Les députés européens José Bové, chef de file des anti-OGM, Dominique Voynet, candidate malheureuse des écologistes en 2007, et Michèle Rivasi sont porte-paroles.

La "direction de la mobilisation" est confiée au jeune Julien Bayou, qui anime l'organisation activiste "Jeudi noir".

L'universitaire lyonnais Philippe Meirieu est chargé du projet présidentiel et l'ancien banquier Robert Lion préparera les propositions de la première année de mandature d'Eva Joly, qui marque ainsi qu'elle a l'ambition d'accéder à l'Elysée.

Le "conseil stratégique" est animé par Cécile Duflot et Noël Mamère, qui fut candidat en 2002. Le conseil "d'action et de proposition" comporte plus d'une trentaine de membres, dont Alain Lipietz, éphémère candidat en 2002 avant d'être chassé par une polémique.

A noter la présence de Denis Baupin, adjoint (EELV) au maire de Paris et chargé de la transition écologique pour Eva Joly, ainsi que de Karima Delli, eurodéputée et responsable de la jeunesse au sein de ce conseil.

Des sondages qui ne dépassent pas les 5 %

"Cette équipe de campagne rassemble les personnalités qui ont les meilleures compétences dans leur thématique", a expliqué Yannick Jadot, député européen, qui participe au conseil stratégique de la candidate, l'organe central de l'équipe.

"Jusqu'à présent, l'objectif était de garantir la tenue de la campagne", a quant à elle affirmé Hélène Flautre, députée européenne, chargée des droits humains et des affaires internationale. "Maintenant, la mobilisation est générale pour l'élection présidentielle.

La récente cacophonie provoquée par la signature de l'accord PS-EELV a pourtant suscité des doutes quant à la capacité de la candidate à poursuivre la campagne. "C'est une chance que les opinions puissent s'exprimer à haute voix", a défendu Julien Bayou, qui dirige en outre la jeune équipe web de la candidate.

Eva Joly est créditée de 5 % des intention de vote dans les sondages, loin derrière François Hollande. Après les cafouillages liés à l'accord programmatique PS-EELV, le candidat socialiste a expliqué qu'il n'en appliquerait que les "mesures essentielles", en cas de victoire de la gauche.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.