Cet article date de plus de quatre ans.

Quand un sondage chute pour Macron, le moral des Républicains remonte

La baisse de la popularité du chef de l’Etat dans un sondage publié dimanche a redonné le sourire aux Républicains réunis au Touquet. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Daniel Fasquelle, candidat à la présidence du parti Les Républicains et Valérie Pécresse, présidente LR de la région Ile-de-France étaient présents au campus des Jeunes Républicains du Touquet (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Selon un sondage Ifop publié dimanche 27 août dans Le Journal du dimanche, Emmanuel Macron enregistre une chute de popularité de 14%. La publication semble avoir redonné le moral aux Républicains présents au Touquet (Pas-de-Calais), à la clôture du campus annuel des Jeunes du parti de la droite.

Quand les sondages chutent pour Macron, le moral des Républicains remonte - un reportage de Julien Langlet au Touquet
écouter

L’enquête d’opinion a permis de faire quelque peu oublier la triste affluence de ce campus, ouvert samedi. Daniel Fasquelle, candidat déclaré à la présidence du parti Les Républicains, a fait des gorges chaudes du sondage, à la tribune, devant un parterre clairsemé. Le député LR du Pas-de-Calais en a profité pour attribuer un record au chef de l’Etat.  

La bulle Macron n’était qu’une bulle. Ce n’était qu’un mirage. Vous voyez qu’il décroche, comme jamais un président de la République n’a décroché dans les sondages.

Daniel Fasquelle, candidat à la présidence de LR

sur franceinfo

Invitée à clôturer ce campus de fin d’été, Valérie Pécresse s'est aussi exprimée devant la presse, mais sans citer le président de la République. "La France, il faut la réformer. On l’a prouvé par le passé. On l’a fait avec Xavier Bertrand, la réforme des retraites, la réforme des universités", a déclaré la présidente de la région Ile-de-France, ajoutant qu'"il faut oser la réforme".

En revanche, Valérie Pécresse n’a pas osé trancher pour la présidence de son parti. Toutefois, depuis la tribune, elle a lancé un avertissement aux prétendants leur demandant d'"être attentifs au respect de la diversité de sensibilités", afin de "reconstruire la droite"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.