Les journalistes sont "utiles" pour plus de 9 Français sur 10

92% des Français estiment que le métier de journaliste est "utile" et pour 68% d'entre eux, ce sont à eux de vérifier l'information, selon un sondage publié dimanche à l'occasion des Assises internationales du journalisme.

Illustration. Des micros de différents médias posés sur une table du palais de Justice de Toulouse (Haute-Garonne), 25 février 2018.
Illustration. Des micros de différents médias posés sur une table du palais de Justice de Toulouse (Haute-Garonne), 25 février 2018. (AFP)

Le journalisme est utile selon plus de 9 Français sur 10. Ils sont 92% à le considérer, révèle un sondage Viavoice pour les Assises internationales du journalisme, en partenariat avec franceinfo, France Télévisions, France Médias Monde et Le Journal du dimanche*, publié dimanche 11 mars. Les Assises du journalisme auront du 14 au 17 mars à Tours (Indre-et-Loire).

Cette opinion est partagée quel que soit le milieu social, l'âge ou le lieu de vie des personnes sondées. Plus de 8 Français sur 10 (84%) estiment que le journalisme est indispensable dans une société démocratique, et la même proportion pense que le journalisme existera toujours, et qu'on ne peut pas imaginer une société sans médias.

Vérifier les informations fausses, les rumeurs, la désinformation

Interrogés sur ce qu'ils attendent en priorité des journalistes, une très grande majorité (61%) des Français répond en premier : "qu'ils vérifient les informations fausses, les rumeurs, la désinformation". D'ailleurs, 87% des Français trouvent qu'il y a de plus en plus de rumeurs ou de fausses informations sur internet et sur les réseaux sociaux. 71% estiment qu'il est de plus en plus difficile de distinguer le site d'un média sérieux relayant de vraies informations, et des sites relayant toutes sortes d'informations non vérifiées.

Selon ce même sondage, près de 7 Français sur 10 (67%) estiment que les pouvoirs publics ou la justice n'ont pas forcément les moyens de dire si une information est une "fake news", et que c'est aux journalistes de vérifier l'information. Cette enquête intervient alors qu'Emmanuel Macron a annoncé une loi visant à lutter contre les fausses informations durant les périodes électorales.

Les Français partagés sur la loi sur les "fake news"

Pour une majorité de Français (56%), les pouvoirs publics ou la justice n'ont d'ailleurs pas forcément la légitimité pour dire si une information est une "fake news" et si elle doit être publiée ou non.

Pour près de la moitié des Français (49%), une telle loi sur les "fake news" comporte un risque pour la liberté de la presse et la liberté d'expression. Pour une très large majorité de Français (71%), plutôt qu'une loi, il vaudrait mieux développer l'éducation à l'information dès le plus jeune âge.

Toutefois, 7 Français sur 10 (70%) estiment qu'il est normal que les pouvoirs publics souhaitent empêcher les "fake news".

*Ce sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de 1008 personnes, représentatif de la population française de 18 ans et plus, par internet, du 12 au 15 février 2018. Représentativité par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession, région et catégorie d'agglomération.