Incident à Jérusalem entre Emmanuel Macron et les forces israéliennes : "Le président a défendu l'honneur de la France"

La réaction d'Emmanuel Macron est totalement justifiée pour Leïla Shahid, ancienne déléguée générale de l'Autorité palestinienne en France.

Emmanuel Macron à l\'entrée de l\'église Sainte-Anne, l\'un des territoires français de Jérusalem, le 22 janvier 2020.
Emmanuel Macron à l'entrée de l'église Sainte-Anne, l'un des territoires français de Jérusalem, le 22 janvier 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Emmanuel Macron a défendu tout simplement l'honneur de la France", a réagi mercredi 22 janvier sur franceinfo Leïla Shahid, ancienne déléguée générale de l'Autorité palestinienne en France, après l'incident intervenu à Jérusalem entre le président français et une vingtaine de membres des forces de sécurité israéliennes. Les soldats sont entrés dans l'Eglise Sainte-Anne, l'un des territoires français de Jérusalem où les forces de l'ordre israéliennes ne sont pas autorisées à entrer. Emmanuel Macron a dû hausser le ton pour rappeler les règles.

>> VIDEO. "Je n'aime pas ce que vous avez fait devant moi" : le coup de colère (en anglais) d'Emmanuel Macron contre les forces de sécurité israéliennes

Leïla Shahid rappelle que le chef de l'Etat a défendu l'honneur de la France comme l'avait fait en 1996 Jacques Chirac, "qui a mis à la porte les soldats qui étaient entrés avec leurs bottes dans ce couvent vieux de 300 ans". Pour l'ancienne déléguée générale de la Palestine en France, il s'agit d'un "manque de respect à l'égard de la France". Elle rappelle que "les personnes qui sont entrées à Saint-Anne ont violé un accord vieux de 250 ans, qui date de Napoléon III. Saint-Anne est un territoire français. Donc l'armée ne rentre pas dans un territoire français". La réaction d'Emmanuel Macron est donc totalement justifiée.

Les chefs d'Etat, que ce soit le président Macron ou avant lui le président Chirac, sont des êtres humains qui n'aiment pas être humiliés. Il n'y a aucune raison qu'ils acceptent d'être humiliés.Leïla Shahidà franceinfo

Leïla Shahid souligne que l'incident rappelle "que Jérusalem est un territoire occupé. Le président Macron a décidé d'y aller parce que c'est la commémoration de la libération du camp d'Auschwitz, un moment très solennel. C'est pour cela qu'il ne souhaite pas donner à cet incident trop de place. Ça vous rappelle tous que Jérusalem est une ville occupée depuis 53 ans".

L'ancienne déléguée générale de l'Autorité palestinienne en France tient par ailleurs à rappeler que Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, "recommence" avec Emmanuel Macron "ce qu'il a fait avec le président Chirac". Elle s'interroge : "Il n'aurait pas pu donner des directives de laisser tranquille le président Macron au moins dans les territoires français de la vieille ville ?". En tant que Premier ministre israélien, "vous êtes le protecteur des lieux saints catholiques de toute la Palestine. Vous êtes le seul pays qui a deux fonctions : une fonction diplomatique et une fonction religieuse", tient à souligner Leïla Shahid.