DIRECT. Emmanuel Macron veut réformer le Code du travail par ordonnances courant septembre

Le chef de l'Etat a dévoilé au président de la Confédération des PME son calendrier serré pour réformer le droit du travail.

Philippe Martinez (à gauche) et Emmanuel Macron à l\'Elysée, le 23 mai 2017.
Philippe Martinez (à gauche) et Emmanuel Macron à l'Elysée, le 23 mai 2017. (MICHEL EULER / POOL / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Emmanuel Macron a reçu toute la journée les responsables syndicaux et patronaux, mardi 23 mai. Auprès de François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), le chef de l'Etat a confirmé le calendrier resserré de sa réforme du droit du travail. Il a évoqué une "grande concertation" jusqu'à mi-juin, une loi d'habilitation à légiférer par ordonnances "durant l'été", puis une loi de ratification des ordonnances "courant septembre", a expliqué le représentant des PME.

Laurent Berger (CFDT) salue un président "à l'écoute". Le secrétaire général de la CFDT, qui a ouvert le bal des rencontres bilatérales, a senti le chef de l'Etat "déterminé à mettre en place ce qu'il avait annoncé". Le leader syndical attend néanmoins de voir "dans les faits" ce qu'il en sera, car Emmanuel Macron n'est pas "rentré dans le détail" de sa réforme.

Philippe Martinez (CGT) offre un Code du travail à Emmanuel Macron. "On se connaît, donc ça s'est bien passé", a réagi le secrétaire général de la CGT, à la sortie de cet entretien. "Ce n'était pas une réunion de négociation", a-t-il précisé.

Plusieurs chantiers au menu des discussions. Parmi eux, le plafonnement des indemnités prud'homales, le regroupement des instances représentatives du personnel et le référendum d'entreprise à l'initiative de l'employeur.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TRAVAIL

16h46 : Emmanuel Macron a confirmé à François Asselin (président de la CPME) le calendrier resserré de sa réforme du Code du travail. Après une "grande concertation" qui durera jusqu'à mi-juin, une loi d'habilitation à légiférer par ordonnances devrait être votée "durant l'été", puis une loi de ratification des ordonnances devrait passer devant l'Assemblée "courant septembre", a indiqué l'intéressé.

14h36 : L'Elysée ne fléchit pas sur le calendrier de la réforme du marché du travail. Selon l'entourage d'Emmanuel Macron, les discussions ouvertes ce matin avec les organisations syndicales et patronales ne portaient pas sur le calendrier de cette réforme, comme l'a laissé entendre Philippe Martinez. Le principe des ordonnances est par ailleurs maintenu, indique la même source.

12h00 : Jean-Claude Mailly, chef de file de Force ouvrière, ne veut pas se précipiter. "Je plaide pour que le calendrier soit étendu, éviter de faire des ordonnances en plein été", déclare-t-il après avoir rencontré Emmanuel Macron.

12h07 : Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, dit avoir senti Emmanuel Macron "déterminé à mettre en place ce qu'il avait annoncé", mais "aussi à l'écoute". Toutefois, il reste sur ses gardes car le chef de l'Etat n'est pas encore "rentré dans le détail" de sa réforme.

11h13 : Philippe Martinez, numéro un de la CGT, s'exprime après avoir rencontré Emmanuel Macron. "Ce n'était pas une réunion de négociations", précise-t-il.