Cet article date de plus d'onze ans.

Deux présidents pour un 8-mai

Comme François Mitterrand et son successeur fraîchement élu Jacques Chirac en 1995, François Hollande et Nicolas Sarkozy participeront ensemble aux célébrations du 8 mai. Un symbole fort en attendant la passation de pouvoir le 15 mai.
Article rédigé par Olivier Bénis
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

"Que nous puissions avoir, le 8 mai, le président encore en exercice et celui élu par les Français, je crois que c'est une belle image" , assure François Hollande. "Cela permet d'agir pour ce qui est, à mon avis, l'objectif qui doit être le mien au lendemain du scrutin : la réconciliation."

L'objectif est donc double : il s'agit d'abord du premier déplacement "officiel"  de François Hollande après son élection de dimanche. Qui plus est, sur une manifestation symboliquement forte : les commémorations de la fin de la Seconde Guerre Mondiale (on se souvient d'avoir entendu chanter le "Chant des Partisans" lors de meetings socialistes la semaine dernière).

Une rencontre prévue entre les deux équipes

Traditionnellement, à cette date, c'est le chef de l'État français qui préside la cérémonie à Paris, plus précisément à l'Arc de Triomphe. Une (petite) exception avait été faite le 8 mai 1995, date du cinquantenaire de la capitulation allemande. Jacques Chirac venait d'être élu la veille... mais assistait officiellement aux commémorations en tant que maire de la ville. Ce qui n'a pas empêché le symbole de marquer les esprits.

Il s'agit aussi, comme l'évoque François Hollande, d'une preuve de sa volonté d'apaisement. Dans la journée, au-delà de la cérémonie commune, les équipes des deux candidats se rencontreront. "L'idée est d'obtenir les informations indispensables. Celles qui ne nous seront pas transmises, nous seront données de toutes façons le 15" . La date de l'investiture du nouveau président. "J'ai été élu le 6 mai, je serai président en exercice le 15, ça laisse huit jours pour préparer les dossiers" , explique François Hollande.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.