Départementales : un électeur sur deux a voulu exprimer son mécontentement

Selon une enquête Ipsos/Sopra Steria pour Radio France, près d’un électeur sur deux a voulu exprimer son opposition à François Hollande lors du premier tour des élections départementales. Ils sont 47% à avoir tenu compte avant tout de la situation nationale pour ce vote. Par ailleurs, 44% des Français interrogés souhaitent que le FN sorte renforcé de ce scrutin.

(43 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes dimanche pour le premier tour des élections départementales, un scrutin aux règles nouvelles dans la France entière © Maxppp)

Quelles ont été les motivations de vote au premier tour de ces élections départementales. C’est la question qu’a posée l’institut de sondage Ipsos à un échantillon de 2.009 personnes représentatives juste avant le scrutin (sondage réalisé du 19 au 21 mars par Internet selon la méthode des quotas).

A la question "Par votre vote, comptez-vous exprimer votre soutien à François Hollande, votre opposition ou ni l’un ni l’autre", un électeur sur deux (49%) répond vouloir exprimer son opposition à la politique du président de la République. Un vote sanction plus ou moins exprimé selon l’électorat. Ainsi, les sympathisants PS/PRG/DVG ne sont que 9% à exprimer cette opposition, contre 41% qui votent pour exprimer leur soutien à François Hollande. L’opposition à François Hollande est beaucoup plus forte dans l’électorat UMP/UDI/DVD  (67%) et FN (78%). On notera que 29% quand même des sympathisants FG entendent aussi exprimer leur mécontentement dans les urnes.

Un vote qui dépasse l’enjeu local

Bien qu’il s’agisse d’élections départementales, 47% des personnes interrogées ont déclaré vouloir se déplacer aux urnes en tenant compte avant tout de la situation du pays au niveau national, à peine moins que les 53% qui pensent en priorité aux enjeux locaux. Là encore, la disparité est forte entre l’électorat frontiste, qui à 75% exprime un vote à dimension nationale, contre 44% dans l’électorat de droite et du centre et 28% dans l’électorat de gauche.

Quand ils ont allés voter, 43% des électeurs interrogés ont déterminé leur choix en fonction d’une thématique prioritaire pour eux, à savoir les impôts et les taxes. 33% avaient en tête le chômage, 25% l’insécurité et la délinquance, 23% l’éducation, 19% la santé, 12% la menace terroriste, 7% la justice, et en bas de tableau, avec 6%, le logement.

44% des sondés souhaitent que le FN sorte renforcé de ces élections

Près de ma moitié des Français interrogés (44%) ont déclaré souhaiter que le FN sorte renforcé de ces élections départementales, contre 56% qui ont souhaité qu’il sorte affaibli. Et ces soutiens exprimés à la formation de Marine Le Pen n’émanent pas uniquement des sympathisants frontistes. Ainsi, 43% des sympathisants UMP/UDI/DVD  interrogés ont déclaré souhaiter que le Front national sorte renforcé de ce scrutin.

Et dans l’hypothèse d’un duel gauche-FN au second tour, 30% de ceux qui entendaient voter pour la droite (UMP/UDI/DVD) au premier tour ont déclaré qu’ils voteraient FN au second, contre 26% qui voteraient pour la gauche. ​68% des personnes interrogées estiment cependant que ce serait une très mauvaise chose (46%) ou plutôt une mauvaise chose (22%) si "le FN dirigeait leur département pendant les prochaines années".

64% des jeunes avaient l'intention de s'abstenir

Si la participation dépasse 50% pour ce premier tour, en hausse de 7 points par rapport à 2011, près d’un électeur sur deux a aussi boudé les urnes ce dimanche. Chez les moins de 35 ans interrogés, 64% ont déclaré qu’ils s’abstiendraient pour ce scrutin.  64% des ouvriers et 53% des employés n’avaient pas prévus eux non plus de se déplacer aux urnes pour ce scrutin.