Départementales : la gauche voit son salut dans le rassemblement

Avec 28% des voix aux PS et à ses alliés et 1,9% pour les écologistes, la gauche réalise un score supérieur à ses attentes pour ce premier tour des départementales. Elle appelle au rassemblement pour le second.

(Manuel Valls ce dimanche soir. © REUTERS/Philippe Wojazer)

Il y a des petites joies qui font oublier les grands chagrins. A la large victoire de l'UMP lors de ce premier tour des élections départementales, Manuel Valls préfère retenir le score, plus faible qu'attendu, du Front national. "L'extrême droite (...) n'est pas la première formation politique de France ", s'est ainsi félicité le Premier ministre ce dimanche soir.

La consolation est maigre mais ne vient pas seule. La gauche résiste bien, contrairement aux prédictions des derniers sondages d'avant scrutin. Avec 28% des voix selon les dernières estimations de notre partenaire Ipsos/Sopra Steria, le Parti socialiste (24%), le PRG et leurs alliés divers gauche devancent le parti de Marine Le Pen, crédité, lui, de 25% des suffrages.

Les écologistes et le PCF appellent au rassemblement

D'autant qu'Europe Ecologie-Les Verts et ses maigres 1,9% pourront servir au second tour, et que la secrétaire nationale d'EELV, Emmanuelle Cosse, a d'ores et déjà appelé dimanche "les écologistes à se rassembler autour des candidatures de gauche qui le voudront bien ", au second tour des départementales.

"On peut craindre que dans beaucoup de cantons la gauche ne soit pas présente au second tour à cause de la gauche, parce que nous n’avons pas réussi à nous unir. Chacun doit en tirer les leçons et les responsabilités sont partagées ", a renchéri le député EELV Denis Baupin sur France Info.

"Les responsabilités sont partagées" (Denis Baupin)
--'--
--'--
Le PCF a lui aussi appelé au rassemblement par la voix de son secrétaire national, Pierre Laurent : "La conquête de cantons et de départements au 2e tour par la droite et l'extrême droite ne peut qu'aggraver durement les conditions de vie déjà difficiles des populations ", a-t-il déclaré dans un discours au siège de son parti.

La gauche éliminée dans un quart des cantons

Un peu plus tôt, dès les premiers résultats connus, Manuel Valls avait, lui aussi, appelé "à la mobilisation et au rassemblement ". "C'est cela qui fera la différence ", a martelé le Premier ministre. Une union qui doit commencer au sein même du PS, et qui est souhaitée également par les "frondeurs", dont l'ancien ministre Benoît Hamon. "Le PS réalise un score qui lui permet, si toute la gauche se rassemble, de conserver de nombreux départements ", a déclaré l'ancien ministre.

"Le total des voix de gauche et des écologistes est supérieur à ceux de la droite et du Front national ", s'est de son côté rassuré le porte-parole du PS Carols Da Silva sur France Info.

CARTE INTERACTIVE : découvrez les résultats du 1er tour des départementales dans votre canton

Le rassemblement et l'union de la gauche seront-ils suffisants pour conserver certains conseils départementaux ? La stratégie du ni-ni de l'UMP, une nouvelle fois confirmée par son président Nicolas Sarkozy ce dimanche soir, n'aidera pas en cas de duel face au Front national. D'autant que si la gauche résiste lors de ce premier tour, elle est d'ores et déjà éliminée "dans 500 cantons " au second tour, a précisé dimanche soir le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen. Soit un quart des 2.054 cantons français.