Cet article date de plus de sept ans.

Taubira comparée à un singe : le Front national critique la condamnation de son ex-candidate

Anne-Sophie Leclere, en lice pour les municipales en 2013, a été condamnée, mardi, à neuf mois de prison ferme par le tribunal de Cayenne (Guyane).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le vice-président du FN, Louis Aliot, le 12 mai 2014, à Mirande (Gers). (MAXPPP)

Les ténors du FN montent au front. Anne-Sophie Leclere, l'ancienne candidate FN aux municipales de 2013 à Rethel (Ardennes), qui avait comparé la ministre de la Justice, Christiane Taubira, à un singe, a été condamnée à neuf mois de prison ferme par le tribunal de grande instance de Cayenne (Guyane), ainsi qu'à cinq ans d'inéligibilité, mardi 15 juillet. Le TGI a également condamné le Front national à 30 000 euros d'amende. Les deux, enfin, ont été conjointement condamnés à 50 000 euros de dommages et intérêts, précise Guyane 1ère. Francetv info revient sur les principales réactions des membres du parti frontiste et de l'ex-candidate, qui ont décidé de faire appel.

Une peine "disproportionnée"

Le vice-président du Front national, Florian Philippot, a jugé que la peine prononcée était "illégale" tout en rappelant que le FN avait déjà condamné les propos d'Anne-Sophie Leclere : "Elle avait été exclue dans l'heure du Front national, désinvestie de sa position aux élections municipales, a estimé mercredi Florian Philippot sur BFMTV. Qu'elle soit condamnée politiquement, nous l'avons fait. Qu'elle soit condamnée judiciairement, probablement, mais pas dans ces proportions. C'est grotesquement disproportionné, ça n'a strictement aucun sens."

"On est dans la disproportion la plus terrible (...) si on compare [cette décision de justice] aux jugements rendus contre d'autres coupables", a poursuivi  le vice-président du FN. Florian Philippot a alors pris en exemple l'agression ultra-violente d'un récidiviste contre un gardien de prison, près du Mans (Sarthe) en 2011. "Cet homme a été massacré à coups de barre de fer et il est entre la vie et la mort, s'est-il ému. Le coupable a eu huit mois ferme, pas neuf, et pas 50 000 euros d'amende."

Christiane Taubira prise pour cible

Florian Philippot a également estimé que "c'est un jugement politique". "C'est le mouvement Walwari créé par Madame Taubira en 1993 qui est à l'origine de la plainte à Cayenne", a-t-il ajouté avant de poursuivre qu'il a "le sentiment que la justice de Madame Taubira est impitoyable quand elle est victime, mais qu'elle est beaucoup plus laxiste et douce quand ce sont d'autres victimes."

Par ailleurs, Jean-Marie Le Pen a vivement réagi sur son compte Twitter en adressant un message à la garde des Sceaux.

Les magistrats attaqués

Le président d'honneur du Front national s'en est également pris aux magistrats.

Dans un communiqué, le FN a dénoncé l'appartenance du président du tribunal correctionnel, Stéphane Rémy, au Syndicat de la magistrature : "Le Front national a demandé au premier président de la cour d’appel de Cayenne la récusation de M. Stéphane Rémy. Le premier président a rejeté cette demande sans même faire mention de l’argument soulevé par le FN tenant à l’existence du 'mur des cons' et au fait que la présidente du SM est mise en examen pour injure envers le Front national."

Une position adoptée aussi par Louis Aliot, le numéro deux du FN, sur son compte Twitter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Démission de Christiane Taubira

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.