Cet article date de plus de dix ans.

Bayrou moque les avances de Sarkozy et de Hollande

Le candidat centriste, en meeting ce soir à Tours, s'est amusé des compliments entendus ces derniers jours. L'occasion pour lui de marteler sa volonté d'éviter un deuxième tour PS-UMP.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Avant le premier tour, pas question de parler du second. Ou alors pour
en rire. François Bayrou a ironisé ce soir, à Tours, sur l'"extraordinaire bienveillance, sympathie, gentillesse, admiration, venant de droite et de gauche ".

Nicolas Sarkozy s'est déclaré favorable à la reconnaissance du vote blanc, une des pistes lancées par François Bayrou pour moraliser la vie politique. Il n'a pas exclu, s'il est réélu, de nommer un Premier ministre qui ne serait pas "de sa couleur politique ". Cette semaine, Alain Juppé a présenté l'élu centriste comme "sûrement " prochain chef de gouvernement.

Haro sur les dépenses nouvelles

"Si vraiment les qualités personnelles, les idées, la volonté politique qu'ils me prêtent sont justifiées, alors c'est à Elysée qu'elles prendront leur pleine mesure ", a répond François Bayrou.

Il a aussi consacré une partie de ses attaques aux dépenses nouvelles envisagées par les favoris (10 à 12 milliards pour Nicolas Sarkozy, 30 pour François Hollande). Décrivant un sociliste "fuyant les conséquences économiques de ses choix, qui "Si le monde me résiste, je ferai plier le monde ", il lui a répondu "Alors, je lui dis: bonne chance mon garçon ".


Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.