Cet article date de plus de dix ans.

Après Nicolas Sarkozy, le Front national célèbre Jeanne d'Arc aujourd'hui

Le Front national organise ce matin un rassemblement devant la Statue de Jeanne d'Arc, place des Pyramides à Paris, pour fêter l'anniversaire de la naissance de la "Pucelle d'Orléans". Un rendez-vous qui intervient alors qu'hier Nicolas Sarkozy a célébré en Jeanne d'Arc un symbole d'identité, d'unité et de résistance nationales et dénoncé "ceux qui voudraient s'en servir pour diviser" - allusion transparente au Front national, qui en a fait une icône de l'extrême-droite.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Charles Platiau Reuters)

Le chef de l'Etat a brûlé  la politesse à la présidente du Front national et à son père, qui ont prévu de célébrer ce matin l'héroïne française devant la statue de Jeanne d'Arc à Paris.
Hier, Nicolas Sarkozy a martelé que Jeanne d'Arc "n'appartient à aucun parti, à aucun clan en France ". Le président souhaite en faire un symbole d'"unité " et non de "division ".
"Jeanne n'appartient à aucun parti, à aucune faction, à aucun clan ", a déclaré le chef de l'Etat lors d'un déplacement marquant le 600ème anniversaire de sa naissance, le 6 janvier 1412. "Puissions-nous continuer (...) de penser à elle comme le symbole de notre unité, et ne pas la laisser entre les mains de ceux qui voudraient s'en servir pour diviser ", a-t-il poursuivi.

Marine Le Pen et son père Jean-Marie en tête, qui célèbreront tout à l'heure à Paris la mémoire de Jeanne d'Arc crient à la "récupération électorale ".
La présidente et candidate du FN à la présidentielle a accusé Nicolas Sarkozy de courir après elle.
"Mais qu'il sache que j'ai des convictions plus fortes, et j'ai un coeur plus pur et des jambes plus longues ", a ajouté Marine Le Pen.
Pour la chef de file du FN, "Nicolas Sarkozy chaque jour démontre aux Français qu'il est dans une vision purement électoraliste d'interêts personnels ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.