Alexandre Jardin : "Nous voulons une primaire non contrôlée par les partis"

Après la primaire de la gauche et la primaire de la droite, la Primaire des Français est lancée officiellement lundi par six organisations citoyennes en vue de la présidentielle de 2017. Elle doit se tenir à l'automne.

(De gauche à droite : Corinne Lepage, présidente de CAP 21 LRC, Jean-Marie Cavada, président de Génération Citoyens et l'écrivain Alexandre Jardin lancent la primaire des Français © MaxPPP)

"On veut une primaire non contrôlée par les partis", a expliqué sur France Info un de ses co-fondateurs, l'écrivain Alexandre Jardin. "La question est de savoir si, à l'automne, on va se retrouver avec la primaire des petits partis de droite et la primaire des petits partis de gauche. Je dis petits partis parce que, dans la réalité, si vous additionnez les gens qui sont au Parti socialiste ou chez les Républicains, ça fait moins de monde que dans la Fédération française de pétanque ou de canoë-kayak. On veut une primaire non contrôlée par les partis".

"Des gens qui réparent la société" - Alexandre Jardin 

Cette consultation devrait, selon Alexandre Jardin, faire émerger des "faiseux", "des gens qui réparent la société" . "On veut faire monter vers la vie politique cette France qui obtient déjà des résultats sur le terrain" . Alexandre Jardin a cité en exemple le mouvement qu'il a initié "Bleu blanc zèbre", qui regroupe des associations, des fondations, des mairies, des mutuelles ou encore des entreprises.

La Primaire des Français est ouverte à tous, mais il y a une charte à respecter pour les candidats. Ils ne doivent pas avoir été condamnés par la justice, ils ne peuvent pas avoir cumulé plus de douze ans de mandats politiques, ils doivent avoir connu pendant cinq ans au moins la vie en entreprise ou un engagement associatif, et doivent tous être attaché auy principe fondateur de la laïcité.

Sur le mouvement citoyen "Nuit debout", Alexandre Jardin a fait part de son admiration : "Je suis emballé, non pas parce que je partage leurs opinions mais parce qu'ils sortent de chez eux et qu'ils veulent prendre soin du collectif. Le minimum, c'est de parler avec eux, pas de leur envoyer les flics".

Un site, laprimairedesfrancais.fr, permet dès aujourd'hui de se déclarer en faveur de l'initiative.