Affaire Tapie : Christine Lagarde face à la Cour de justice de la République

lagarde Demain, lundi 12 décembre, s'ouvrira le procès de Christine Lagarde devant la Cour de justice de la République. L'actuelle directrice générale du FMI, le Fonds monétaire international, est accusée de négligences dans l'arbitrage rendu en faveur de Bernard Tapie.

France 3

Avocate, femme d'affaires, ministre, puis directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde avait effectué un parcours sans faute. Mais elle est aujourd'hui rattrapée par une affaire tortueuse qui empoisonne la vie judiciaire et politique française depuis plus de 25 ans : l'affaire de l'arbitrage Tapie. Poursuivie dans ce dossier pour négligences, Christine Lagarde plaide non-coupable.

Elle encourt un an de prison

"J'ai toujours agi dans l'intérêt de l'État et conformément à la loi", assure-t-elle. En 1993, l'homme d'affaires Bernard Tapie demande au Crédit Lyonnais de s'occuper de la vente de l'entreprise Adidas qui lui appartient. La banque publique rachète elle-même Adidas pour 300 millions d'euros avant de le revendre pour 700 millions. Tapie s'estime roulé dans la farine à l'époque. Après 15 ans de procès, Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais décident de s'en remettre à un arbitrage validé par le ministre de l'Économie et des Finances de l'époque : Christine Lagarde. Il gagne et remporte 400 millions d'euros, mais en 2015, l'arbitrage est annulé. Christine Lagarde est accusée de ne pas avoir assez défendu les intérêts de l'État. Elle encourt jusqu'à un an de prison.

Le JT
Les autres sujets du JT
La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, le 18 novembre 2016 à Lima (Pérou).
La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, le 18 novembre 2016 à Lima (Pérou). (EDUARDO CAVERO/SIPA / EFE)