Cet article date de plus d'onze ans.

A l'occasion du défilé du 1er mai, Marine Le Pen va tenter de garder la dynamique de la présidentielle

Mardi 1er mai, Marine Le Pen conduira le traditionnel défilé en l'honneur de Jeanne d'Arc. Elle fera connaître le choix de son vote pour le second tour et lancera surtout la campagne des legislatives. Ce sera aussi un test de mobilisation pour le FN.
Article rédigé par Daïc Audouit
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Marine Le Pen dépose une gerbe devant la statue de Jeanne d'Arc en janvier 2012 (THomas Coex / AFP)

Mardi 1er mai, Marine Le Pen conduira le traditionnel défilé en l'honneur de Jeanne d'Arc. Elle fera connaître le choix de son vote pour le second tour et lancera surtout la campagne des legislatives. Ce sera aussi un test de mobilisation pour le FN.

En janvier dernier, Marine Le Pen avait déjà déposé une gerbe au pied de la statue de Jeanne d'Arc pour fêter le 600 ème anniversaire de sa naissance. Par cette froide matinée d'un samedi d'hiver, il y avait alors juste une poignée de militants noyés dans la masse de journalistes.

A l'époque, elle n'avait pas pris la parole laissant à son père le soin de retracer la destinée historique et symbolique de Jeanne d'Arc. Elle donnait alors rendez-vous à ce premier mai d'entre-deux-tours espérant être qualifiée.

Au-delà de la consigne de vote

Le scénario du 22 avril a changé la donne. Ce traditionnel défilé du 1 er mai n'est plus le grand meeting de mobilisation électorale comme il avait pu l'être en 2002. Il devient une façon de fêter les 17,8 % du premier tour et de poser des jalons pour l'avenir.

Sans surprise, Mme Le Pen ne donnera aucune consigne de vote en faveur de Nicolas Sarkozy ou de François Hollande. L'enjeu de son discours est ailleurs. "Au-delà de la consigne électorale, il s'agira surtout d'un décryptage et d'une analyse du scrutin de dimanche dernier et d'une mise en perspective", assure-t-on dans l'entourage de la présidente du FN.

Bref, il s'agit de lancer la campagne des législatives, avec comme objectif d'éviter la déperdition traditionnelle des voix pour leFN entre le scrutin présidentiel et celui du mois de juin. Mme Le Pen va tenter de conserver une dynamique alors que son électorat se divisera en 3 le six mai: ceux qui vont voter pour M. Hollande, ceux qui vont voter pour M. Sarkozy et ceux qui vont s'abstenir, dans un rapport qui reste à déterminer.

L'ancienne candidate du FN à la présidentielle devrait insister sur la liberté des électeurs. "Il faut garder notre potentiel intact. Il ne faut pas se brouiller avec un des trois segments de notre électorat. Le meilleur moyen d'échapper à ce choix du second tour, c'est de revenir au débat de fond", explique un proche.

Test de mobilisation

Le second enjeu de ce défilé du 6 mai est bien sûr l'importance de la mobilisation militante. "Ca tranche avec 2007, où on avait le moral dans les chaussettes. Aujourd'hui il y a une dynamique. Les militants sont prêts à repartir pour les législatives", assure Steeve Briois, en charge des fédérations au parti frontiste.

Comme à chaque évènement parisien, le nombre de participants repose avant tout sur l'Ile de France et les régions périphériques comme la Normandie ou la Picardie.

"Néanmoins 100 bus ont été affrétés pour toute la France, c'est plus que d'habitude", explique M. Briois. "Rien que dans ma région Nord-Pas-de-Calais, nous sommes huit bus alors que d'ordinaire il y en a trois", poursuit-il.

Mais le lieutenant de Mme Le Pen à Hénin-Beaumont refuse de fixer un objectif chiffré au rassemblement de demain. L'an passé, ce défilé du 1er mai avait rassemblé environ 5000 personnes.

Au FN, on compte évidemment sur des venues spontanées qui ne passent pas par le parti, dans la foulée du boom d'adhésions depuis le 22 avril.

"Depuis dix jours, rien que sur Internet, on en est à 5 à 6000 euros de cotisations par jour", se félicite M. Briois. Le montant moyen d'une cotisation est d'environ 50 euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.