Venezuela : nouveaux heurts entre les forces de l'ordre et les partisans de Juan Guaido à Caracas

Le chef de file de l'opposition avait appelé, à l'occasion du 1er-Mai, à la "plus grande manifestation de l'histoire du Venezuela" pour déloger Nicolas Maduro du pouvoir.

Une manifestante participe à une mobilisation contre le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 1er mai 2019.
Une manifestante participe à une mobilisation contre le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 1er mai 2019. (UESLEI MARCELINO / REUTERS)

Nouvelle journée de violences au Venezuela. Des heurts ont opposé, mercredi 1er mai à Caracas, des partisans de l'opposant Juan Guaido à des effectifs de la Garde nationale bolivarienne, un corps militarisé chargé du maintien de l'ordre, ont constaté des journalistes sur place. Les manifestants tentaient de bloquer une autoroute qui longe la base militaire aérienne de La Carlota, d'où Juan Guaido avait assuré la veille avoir le soutien d'un groupe de soldats. Les manifestants, dont certains avaient le visage masqué, lançaient des pierres et des cocktails Molotov en direction des forces de l'ordre, qui répondaient par des tirs de gaz lacrymogène.

Face aux scènes de violence, le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a mis en garde les autorités vénézuéliennes contre un "usage excessif de la force" contre les manifestants, appelant toutes les parties à "renoncer à la violence".

Renforcer la pression sur Nicolas Maduro

Le chef de file de l'opposition a appelé, à l'occasion du 1er-Mai, à la "plus grande manifestation de l'histoire du Venezuela" pour déloger Nicolas Maduro du pouvoir. La veille, des heurts violents s'étaient adéjà produits entre manifestants et forces de l'ordre lors de la tentative de soulèvement militaire à laquelle Juan Guaido avait appelé, avant que Nicolas Maduro annonce l'"échec" de cette "escarmouche putschiste".