Le synode sur la famille adopte un message vantant "l'amour conjugal indissoluble"

Les évêques ont voté un premier texte, avant l'examen du rapport final. 

Le pape François prononce un discours devant le Synode, le 6 octobre 2014 au Vatican.
Le pape François prononce un discours devant le Synode, le 6 octobre 2014 au Vatican. (OSSERVATORE ROMANO / AFP)

C'est un message aux "familles" du monde entier. A l'issue de deux semaines mouvementées, le synode réuni au Vatican a voté samedi 18 octobre un premier texte lors de sa session finale. Il dénonce les "nombreuses crises matrimoniales" et "épreuves dramatiques" que subissent les familles, et vante la valeur de "l'amour conjugal unique et indissoluble", sans évoquer directement les situations irrégulières hors mariage.

Dans ce "message" de trois pages, aucune allusion n'est faite à l'approche de l'Eglise sur plusieurs sujets chauds touchant la famille (unions de fait, homosexuels, etc), qui ont beaucoup divisé les participants. "Nous avons réflèchi à l'accompagnement pastoral et à la question de l'accès aux sacrements des personnes divorcées remariées", précise le message.

Le rapport final "sera approuvé"

Ce texte, dans un style simple et accessible, évoque "la consolation et l'exhortation, l'ombre et les lumières", a résumé le cardinal Gianfranco Ravasi, président de la Commission pour le message. Il insiste sur "le grand défi de la fidélité dans l'amour conjugal", que provoquent "l'affaiblissement de la foi et des valeurs, l'individualisme, l'appauvrissement des relations, le stress qui empêche la réflexion".

"On assiste à de nombreuses crises matrimoniales, affrontées de manière expéditive, sans avoir le courage de la patience, de la remise en question, du pardon mutuel, de la réconciliation et même du sacrifice", poursuit le texte. "L'amour conjugal, unique et indissoluble, persiste malgré les nombreuses difficutés: c'est un des plus beaux miracles, bien qu'il soit le plus commun", affirme le message, relevant le soutien que procure la famille stable à leurs membres en difficulté.

Les évêques doivent plus tard examiner et voter à la majorité des deux-tiers le rapport final amendé, la "relatio synodi". "Il sera approuvé", se sont déclarés confiants plusieurs cardinaux, interrogés lors d'une conférence de presse.