L'Amérique en campagne, J-1 : Clinton et Trump pour le point final

Dernière ligne droite avant le vote de la présidentielle américaine, les candidats mobilisent leurs troupes pour ce dernier jour de campagne.

Hillary Clinton et Donald Trump 
Hillary Clinton et Donald Trump  (AFP)

Donald Trump termine sa campagne en fanfare

Donald Trump tient cinq meetings, lundi 7 novembre, pour son dernier jour de campagne. Et le milliardaire s'adresse très souvent à la foule directement depuis les aéroports quand il arrive pour un meeting comme à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Musique ronflante, la foule attend dans un hangar, les immenses portes s'ouvrent sur le tarmac où vient d'atterrir l'avion du candidat. Trump apparaît alors en haut des escaliers d'accès à l'appareil et il est acclamé comme une star.

Et dans cette dernière ligne droite Donald Trump a décidé de chasser sur les terres démocrates. Il visite donc cinq Etats pour ce dernier jour de campagne. Et s'il a de réelles chances en Floride et en Caroline du Nord, il part de loin dans les trois autres : Pennsylvanie, New Hampshire et Michigan. Le message est limpide: "Je vais créer la surprise", assure-t-il. Et pour cela, Donald Trump se présente plus que jamais comme le candidat antisystème.

Affaire des e-mails : Trump dénonce un système corrompu

Dimanche, coup de théâtre: le FBI a confirmé qu'il n'y avait finalement pas lieu de poursuivre Hillary Clinton pour avoir envoyé des e-mails depuis un compte non sécurisée. Pour Trump, c'est la preuve que le système est pourri. Impossible, dit-il, que le FBI ait pu boucler si vite l'enquête : "Elle est protégée par un système truqué je le dit depuis longtemps. Hillary Clinton est coupable, elle le sait, le FBI le sait, le peuple le sait ! Et maintenant, c’est au peuple qu’il revient de rendre justice dans les bureaux de vote le 8 novembre !"

Chez Clinton, silence radio sur l'affaire des e-mails

Pas question de crier victoire et donc d'attirer à nouveau l'attention sur l'affaire des e-mails. L’idée est de terminer la campagne sur une note positive, de se placer au-dessus de la mêlée. Dimanche, dans le New Hampshire, Hillary Clinton a parlé comme une présidente des États-Unis. "Cette élection c’est le moment de vérité, c’est un choix entre la division ou l’unité, entre une dirigeante solide et stable et un fauteur de trouble qui nous mettra en danger !"

Je prends très sérieux le devoir qui est le mien de tendre les bras à tous les Américains.Hillary Clinton

Hillary Clinton tiend lundi un meeting très attendu à Philadelphie avec son mari, le couple Obama... et Bruce Sringsteen. Plusieurs stars ont fait campagne à ses côtés ces derniers jours.

Les chiffres donnent Clinton devant Trump

Les derniers sondages donnent à Hillary Clinton entre trois et six points d'avance sur Donald Trump. Mais cette présidentielle se joue Etat par Etat. Chaque Etat apporte un certain nombre de grands électeurs. Et là encore, Clinton est en tête. Elle est favorite, mais Donald Trump est suffisamment proche dans les états clés pour créer la surprise.

Vote anticipé : les jeux sont (déjà) faits

37 états autorisent le vote anticipé. Plus de 41 millions d'électeurs ont ainsi déjà voté. Et depuis 2008, ces "early voters" sont favorables aux démocrates et ils devraient l’être encore plus cette année car les électeurs hispaniques sont plus nombreux, 2 millions de noms supplémentaires.

Trump interdit de tweet par son staff

Ces dernières heures, Donald Trump s'est montré très sage sur Twitter. Remerciements, programme de la campagne rien de très excitant en ce moment sur le compte du milliardaire qui, d'habitude, se lâche sur Twitter.

En fait, selon le New York Times, l’équipe de Donald Trump a pris le contrôle de son compte Twitter. Pas question de déraper dans les derniers mètres et l'info n'a pas échappé à Barack Obama. 

"Si quelqu'un ne peut pas s'occuper d'un compte Twitter... il ne peut pas s'occuper des codes nucléaires..." Voilà une phrase du président des États-Unis qui résume bien la campagne des démocrates face à Trump.

A RÉÉCOUTER 

L'Amérique en campagne par Franck Mathevon
--'--
--'--