Donald Trump menace d'envoyer des clandestins dans des "villes sanctuaires" dirigées par les démocrates

Selon le président américain, les villes démocrates comme San Francisco ou Chicago, refusent d'arrêter à grande échelle les migrants en situation irrégulière.

Le président Donald Trump à Washington, le 12 avril 2019.
Le président Donald Trump à Washington, le 12 avril 2019. (CARLOS BARRIA / REUTERS)

"Cela devrait les rendre très heureux." Le président américain Donald Trump a confirmé, vendredi 12 avril, envisager le transfert de clandestins arrêtés à la frontière vers des "villes sanctuaires", pour la plupart démocrates, a-t-il ironisé. Selon le président américain, les "villes sanctuaires", comme San Francisco ou Chicago, refusent d'arrêter à grande échelle les migrants en situation irrégulière, et limitent leur coopération avec les agents fédéraux chargés de l'immigration.

"Sachant que les démocrates sont réticents à changer nos lois très dangereuses sur l'immigration, nous envisageons en effet très sérieusement, comme rapporté (par la presse), de placer des immigrants illégaux dans des villes sanctuaires", a écrit sur Twitter le président américain.

Riposte des mairies démocrates

Le locataire de la Maison Blanche a rédigé ces tweets au lendemain d'un article du Washington Post. Selon le journal, qui citait un responsable de la Maison Blanche sous couvert d'anonymat, cette hypothèse était "simplement une suggestion" qui a finalement été "rejetée". Prenant le contre-pied de ses propres services, Donald Trump a affirmé vendredi que ce projet était en réalité toujours d'actualité."La gauche radicale semble toujours avoir une stratégie de frontières ouvertes (...). Cela devrait les rendre très heureux", a-t-il lancé dans un tweet chargé d'ironie.

Les maires de plusieurs grandes villes concernées ont riposté, réaffirmant, également sur Twitter, leur détermination à demeurer des "villes sanctuaires". "La dernière idée haineuse de l'administration Trump n'est rien de plus qu'une diversion superflue et une perte de temps. Nous avons besoin de vraies solutions qui défendent nos valeurs, pas de politiques honteuses qui diabolisent les immigrés", a ainsi réagi le maire démocrate de Los Angeles. Sur la côte Est, le maire de New York a quant à lui accusé Donald Trump "de créer crise sur crise dans le cadre d'une stratégie cynique."