Las Vegas : l’assèchement du lac Mead laisse entrevoir les crimes de la mafia

Publié
Las Vegas : l’assèchement du lac Mead laisse entrevoir les crimes de la mafia
FRANCE 2
Article rédigé par
D.Schlienger, B.Laigle, L.Setyon - France 2
France Télévisions

Près de Las Vegas, le lac Mead s’assèche à vue d'œil. Il contient aujourd'hui fois moins d'eau que dans les années 1970. Avec cet assèchement, des crimes opérés par la mafia refont surface.

La mafia pensait ses secrets bien gardés dans les eaux réputées profondes du lac Mead, dans le Nevada (États-Unis). C’est le plus grand lac artificiel du pays. Mais l’eau baisse d’année en année de façon fulgurante. Le lac laisse désormais ressurgir ce qui était englouti auparavant, comme une épave. Mais aussi des cadavres. Trois corps ont été retrouvés sur la rive, en quelques mois. La majorité des victimes se sont noyées accidentellement, mais une découverte macabre a fait la une. En mai, un tonneau de bois rongé a échoué sur la rive. À l’intérieur, se trouvait le cadavre d’un homme tué d’une balle dans la tête. Selon les enquêteurs, il a été jeté dans le lac à la fin des années 1970.

Un meurtre des années 1970

"Mettre des corps dans des barils, c’est quelque chose que la mafia a fait pendant des années et des années. Ce lac, c’est l’eau la plus proche de Las Vegas et c’était profond donc c’était logique de s’en débarrasser là-bas", explique Geoff Schumacher historien au musée de la mafia de Las Vegas. Les soupçons des historiens portent sur Anthony Spilotro, déjà suspecté de 25 meurtres. Il n’a jamais été condamné et a lui-même été assassiné avant la fin de son dernier procès. La victime pourrait être un employé du Stardust, l’un des hôtels phares de l’époque utilisé par la mafia comme couverture pour du blanchiment d’argent. Cet homme devait justement emmener les clients à la marina du lac Mead. Il a disparu après un déjeuner secret. L’autopsie du corps est encore en cours, et ce, pour au moins un an.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.