Jean-Michel Jarre à Coachella : "Mon concert a été salué au même niveau que Beyoncé"

Le musicien Jean-Michel Jarre a déclaré vendredi sur franceinfo être "un peu le porte-parole de la délégation française" au festival Coachella aux États-Unis.

Jean-Michel Jarre pendant son concert au festival Coachella (États-Unis), le 13 avril 2018.
Jean-Michel Jarre pendant son concert au festival Coachella (États-Unis), le 13 avril 2018. (KYLE GRILLOT / AFP)

Jean-Michel Jarre va réaliser vendredi 20 avril son deuxième concert en une semaine au festival Coachella en Californie (États-Unis). Celui de vendredi dernier a été "salué au même niveau que Beyoncé", a déclaré le pionnier de la musique électronique sur franceinfo. Ce festival est devenu le rendez-vous musical le plus prisé de la planète, avec plus de 125 000 spectateurs attendus cette année. Le musicien français partagent l'affiche avec Beyoncé ou encore Eminem.

Réécoutez l’interview de Jean-Michel Jarre à quelques heures de son deuxième concert au festival Coachella, aux États-Unis
--'--
--'--

franceinfo : Comment avez-vous vécu ce premier concert ?

Jean-Michel Jarre : C’était un grand privilège de jouer dans le festival qui est aujourd’hui le plus influent dans le monde. Quand on est invité à Coachella, on joue deux week-ends de suite, exactement à la même heure. J’ai eu la chance que la direction du festival ait accepté toutes mes requêtes et notamment une scène plus étendue. J’ai été très touché par l’accueil fantastique des Américains.

Les critiques sont dithyrambiques. Il y avait énormément de monde à votre concert.

Ce qui faut comprendre c’est qu’il y a 150 artistes à Coachella et une dizaine de scènes en même temps. Il y a au moins huit autres artistes qui jouent en même temps. Il y a un côté un peu nomade dans le public, donc petit à petit les gens se sont agglutinés vers notre scène ce qui est vraiment touchant. Donc c’est vrai que mon concert a été salué, au même niveau que Beyoncé. C’est une chose qui fait plaisir par rapport à l’équipe française qui est avec moi. Je suis un peu le porte-drapeau d’une délégation française présente à Coachella.

Vous avez notamment joué un morceau que vous avez composé avec Edward Snowden [lanceur d’alerte ayant dénoncé les pratiques du renseignement américain], c’est un engagement politique assumé ?

On a beaucoup parlé de ça dans la presse américaine. Effectivement avec les difficultés actuelles et les scandales Facebook c’est encore plus d’actualité. J’ai aussi assumé sur scène mon engagement personnel pour l’écologie, qui est remis en cause aujourd’hui par le président des États-Unis.