Cet article date de plus de huit ans.

Infographies Etats-Unis : le nombre de "crimes de haine" a-t-il augmenté ces dernières années ?

Une enquête pour "crime motivé par la haine" a été ouverte, jeudi, après qu'un homme blanc a abattu neuf personnes dans une église noire, mercredi, en Caroline du Sud.

Article rédigé par Yann Thompson
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des habitants de Charleston (Caroline du Sud) se recueillent, le 18 juin 2015, devant l'église où un homme a tué neuf personnes, le 17 juin. (CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

La justice fédérale américaine a ouvert, jeudi 18 juin, une enquête pour "crime motivé par la haine" après la fusillade de Charleston, où neuf personnes ont été abattues dans une église noire par un tireur blanc. "Nous savons que la haine entre religions et entre races représente une réelle menace pour notre démocratie et nos idéaux", a réagi, jeudi, le président Barack Obama.

Francetv info s'est penché sur les statistiques des "crimes de haine" (les crimes commis contre une ou plusieurs personnes en raison de leur âge, de leur religion, de leurs origines ou de leur orientation sexuelle) aux Etats-Unis ces dernières années. Assiste-t-on à une progression du phénomène ?

Non, selon le FBI

Sur les vingt dernières années, la tendance est à la baisse, selon le Federal Bureau of Investigation. En 2013, 5 928 "incidents" ont été recensés contre des personnes et des biens, dont la moitié pour des motifs raciaux (principalement contre des Noirs, relève Libération). Les autres principaux motifs sont liés à la religion et à l'orientation sexuelle.

Les chiffres du FBI sont contestés. "Leurs données sont horribles", s'indigne le directeur d'une association militant contre les "hate crimes", affirmant que le FBI sous-estime largement la réalité. De nombreux actes ne seraient pas comptabilisés par les juridictions locales et donc pas portés à la connaissance du FBI, précise le site de Time (en anglais). Certains Etats rendent leur copie trop tard pour que leurs données soient prises en compte, ajoute le site de Pacific Standard (en anglais).

Non, selon le ministère de la Justice

Le service de statistiques du ministère de la Justice (BJS) mène, depuis 2003, une enquête de victimation auprès de dizaines de milliers d'habitants représentatifs de la population des Etats-Unis. La tendance est relativement stationnaire. Selon les estimations issues de cette enquête, près de 300 000 "hate crimes" ont eu lieu contre des personnes ou des biens en 2013, soit cinquante fois plus que d'après les chiffres du FBI. Soixante pour cent de ces incidents n'ont pas été signalés à la police, rapporte le site de Newsweek (en anglais).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.