Cet article date de plus d'un an.

Les Etats-Unis autorisent des forages pétroliers dans une zone naturelle protégée en Alaska

La zone concernée, située dans le refuge national de la faune arctique, mesure 70 000 kilomètres carrés, soit la taille de l'Irlande, et abrite des ours polaires et des caribous.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des ours polaires à l'intérieur du refuge national de la faune arctique, en Alaska, le 28 novembre 2018. (SYLVAIN CORDIER / BIOSPHOTO / AFP)

Le gouvernement de Donald Trump a approuvé, lundi 17 août, un programme ouvrant la voie à des forages pétroliers et gaziers dans la plus grande zone naturelle protégée des Etats-Unis, en Alaska, où vivent des ours polaires.

La vente de concessions pétrolières dans le refuge national de la faune arctique pourrait commencer "dès la fin de l'année", a précisé le ministre de l'Intérieur, David Bernhardt, au Wall Street Journal (article en anglais réservé aux abonnés). Le programme de forage concerne une zone côtière d'environ 70 000 kilomètres carrés, soit la taille de l'Irlande, longeant l'océan Arctique dans la plus grande zone naturelle protégée du pays, où vivent des ours polaires et des caribous.

Une "course pour liquider la dernière zone naturelle sauvage"

Il "pourrait créer des milliers de nouveaux emplois et générer des dizaines de milliards de dollars", a affirmé David Bernhardt à des journalistes, selon le site américain The Hill (article en anglais).

"L'administration Trump continue sa course pour liquider la dernière zone naturelle sauvage de notre pays, mettant en danger les peuples indigènes et la nature emblématique qui en dépend", a réagi Adam Kolton, directeur de l'association de protection de l'environnement. "Nous allons continuer à combattre cela à tous les niveaux, devant les tribunaux, au Congrès et dans les conseils d'administration", a-t-il ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.