Tueur de Parkland : "Mes démons m'ont ordonné de brûler, de tuer et de prendre un Uber"

Le 14 février dernier, les États-Unis subissaient l'une des plus importantes tueries dans un lycée : 17 victimes. Le procès verbal de l'audition du tueur a été publié par la police "dans l'intérêt du public". Pour expliquer son acte, le jeune homme accuse des voix dans sa tête.

Nikolas Cruz, lors de sa première comparution en justice au lendemain de la tuerie de Parkland, le 15 février 2018.
Nikolas Cruz, lors de sa première comparution en justice au lendemain de la tuerie de Parkland, le 15 février 2018. (SUSAN STOCKER-SUN SENTINEL / POOL)

Le 14 février dernier, un jeune homme de 19 ans, Nikolas Cruz, abat 17 personnes dans un lycée de Parkland en Floride. Cette tuerie, la plus grave jamais perpétrée dans une école aux États-Unis, a provoqué un important mouvement contre les armes à feu. L’auteur du massacre a tenté d’expliquer son acte aux enquêteurs. Sollicitée par plusieurs médias locaux, la police a décidé de publier le procès verbal dans l’intérêt du public.

Les voix se seraient intensifiées après la mort de sa mère en 2017

Le jeune homme a affirmé qu'il entendait des voix depuis des années qui l’auraient poussé à commettre le pire. Des voix que Nikolas Cruz appelle ses "démons". Ils lui auraient ordonné de "brûler, de tuer et de prendre un Uber pour aller commettre le massacre dans son ancien lycée", ou encore "d’acheter des armes, de tuer des animaux et de tout détruire". Lorsque l’enquêteur lui dit qu’il ne le croit pas, qu’il utilise ses démons comme une excuse, le jeune homme s’agite et réclame un psychologue.

Je ne le mérite pas. [...] Tuez-moi c’est simple tuez moi !Nikolas Cruz

Lors de ce long interrogatoire, réalisé quelques heures à peine après la tuerie, Nikolas Cruz refuse un verre d’eau. Le jeune homme de 19 ans divague et parle tout seul à plusieurs reprises. Les voix se seraient intensifiées après la mort de sa mère fin 2017, affirme l’auteur du massacre de Parkland, qui avait déjà confié souffrir de dépression et avoir tenté de se suicider. 

Selon l’avocat de Nikolas Cruz, ce procès verbal prouve à quel point il était "brisé", et "dérangé". Mais le bureau du procureur a, de son côté, confirmé qu’il réclamerait bien la peine de mort.