Un raid aérien israélien a visé mercredi un groupe de combattants palestiniens près de Gaza après des tirs de roquettes

Le raid a visé le sud-est de la ville de Gaza, où des Palestiniens armés tentaient de tirer vers Israël.Israël a confirmé ce raid, qui "visait des terroristes dans une zone d'où des roquettes étaient tirées".L'une des deux roquettes tirées sur le sud d'Israël depuis la bande de Gaza a atteint la ville de Beersheva, faisant un blessé léger.

Une victime d\'un raid israélien à Gaza le 22 mars 2011 emmené à l\'hôpital
Une victime d'un raid israélien à Gaza le 22 mars 2011 emmené à l'hôpital (AFP/MOHAMMED ABED)

Le raid a visé le sud-est de la ville de Gaza, où des Palestiniens armés tentaient de tirer vers Israël.

Israël a confirmé ce raid, qui "visait des terroristes dans une zone d'où des roquettes étaient tirées".

L'une des deux roquettes tirées sur le sud d'Israël depuis la bande de Gaza a atteint la ville de Beersheva, faisant un blessé léger.

Ces tirs, mercredi matin, ont été revendiqués par la branche armée du Jihad islamique.

La journée de mardi a été la plus meurtrière depuis plus de deux ans dans le petit territoire palestinien contrôlé par le Hamas.

Huit Palestiniens, quatre civils, dont deux mineurs, et quatre combattants du Jihad islamique, ont été tués dans un raid israélien à Gaza. Une dizaine d'autres personnes ont en outre été blessées, dont plusieurs jeunes enfants et un adolescent, a constaté un photographe de l'AFP.

L'artillerie israélienne a tiré sur une maison familiale à Chajaïya, tuant plusieurs enfants, selon un témoin. L'armée israélienne a confirmé avoir tiré, indiquant avoir fait usage non pas d'artillerie mais de mortiers, "contre un site de tirs de roquettes dans le nord de la bande de Gaza" après le tir de quatre roquettes artisanales Qassam vers Israël, selon elle.

"Apparemment, des civils innocents ont été touchés par ces tirs", a ajouté une porte-parole militaire israélienne. "L'armée israélienne regrette les souffrances causées à des civils innocents mais souligne que c'est le Hamas qui choisit d'opérer à partir d'une zone civile et utilise les civils comme des boucliers humains", a-t-elle justifié.

Côté palestinien, un porte-parole des secours a détaillé le bilan du raid. "Au moins cinq martyrs ont péri dans des tirs sur des jeunes qui jouaient au football dans le quartier de Chajaïya", près de la frontière avec Israël, a précisé Adham Abou Selmiya, responsable des services d'urgence dans le territoire contrôlé par le Hamas, ajoutant que la plupart des victimes étaient des jeunes ou des enfants. Il a cité les noms et âges de quatre d'entre eux: "Mohammad al-Helou, 11 ans, Yasser Ahad al-Helou, 16 ans, Yasser Hamad al-Helou, 50 ans, et Mohammad Harara, 20 ans".

Un nouveau tir de roquette émanant de la bande de Gaza à l'origine de ces représailles
Mardi matin, un projectile tiré à partir de la bande de Gaza s'était à nouveau abattu en Israël. L'aviation israélienne avait déjà bombardé lundi soir la bande de Gaza, faisant 17 blessés.

Une première vague de raids aériens israéliens avait visé lundi soir un centre de la police du Hamas et des terrains d'entraînement de sa branche paramilitaire, les Brigades Ezzedine al-Qassam, selon les services de sécurité du Hamas. L'aviation israélienne avait ensuite bombardé au moins trois sites près de la ville de Khan Younès, au sud du territoire, sans faire de victime.

La France appelle "à la retenue"
"Nous appelons toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue afin d'éviter toute escalade des violences dont l'histoire récente a montré qu'elle pouvait avoir des conséquences désastreuses", a déclaré lors d'un point-presse la porte-parole adjointe du ministère français des Affaires étrangères, Christine Fages.

"2011 doit être l'année de la création d'un Etat palestinien", a déclaré mardi le Premier ministre français François Fillon devant l'Assemblée nationale en préambule d'un débat sur l'intervention armée en Libye. "Le processus de paix israélo-palestinien ne doit pas être le grand oublié des événements en cours dans les pays arabes", a-t-il ajouté.

Le Hamas prêt à un cessez-le-feu
Juste auparavant lundi, le bras armé du Hamas avait fait savoir qu'il était prêt à remettre en vigueur un cessez-le-feu si Israël stoppait ses attaques. "Si l'ennemi stoppe l'escalade et son agression contre notre peuple, alors nous mettrons en oeuvre le consensus national palestinien", a indiqué un communiqué des Brigades al-Qassam en faisant allusion à une trêve annoncée par le mouvement islamiste en janvier 2009 à la suite de l'opération israélienne "Plomb durci"."

"Mais l'ennemi paiera un lourd tribut s'il poursuit son agression et ses crimes contre notre peuple dans la bande de Gaza", ajoute le bras armé du Hamas.

Les raids de représailles israéliens surviennent au moment où la confrontation entre le Hamas et Israël menace de dégénérer.

Des projectiles tirés de Gaza depuis samedi
Dans la nuit de dimanche à lundi, un projectile tiré de la bande de Gaza avait atterri dans le sud d'Israël, quelques heures après l'explosion d'une roquette dans la ville israélienne d'Ashkelon, proche de la frontière. Ces explosions n'ont pas fait de victime.

Samedi, les Brigades al-Qassam avaient tiré une cinquantaine d'obus vers le territoire israélien pour, selon elles, venger la mort de deux de leurs membrés dans un raid israélien le 16 mars. Jusque-là, le Hamas observait une trêve de fait avec Israël, souhaitant éviter une nouvelle épreuve de force après la dévastatrice opération Plomb Durci qui avait fait 1.400 tués palestiniens il y a deux ans à Gaza.