Cet article date de plus de deux ans.

Séismes en Indonésie : une rescapée témoigne

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Séismes en Indonésie : une rescapée témoigne
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Hospitalisée à Lille, dans le Nord, Claivia Merchi a été l'une des nombreuses victimes du séisme qui a frappé l'Indonésie le 5 août dernier. Pour France 3, elle a accepté de revenir sur l'histoire de ce jour terrible.

Dans sa chambre d'hôpital lilloise, Claivia Merchi raconte à sa sœur un début de vacances idyllique. Le soir du 5 août, sur la petite île indonésienne de Gili Trawangan, elle discutait avec une habitante rencontrée trois jours auparavant.

Au micro de France 3, elle raconte la suite de son histoire : "D'un seul coup, un bruit énorme, un vacarme, est arrivé derrière la maison, suivi de tremblements. Ca a été très vite, elle m'a prise par la main, avec sa fille on a sauté et après plus rien. Quand j'ai réalisé, j'étais sous les décombres, elle était à côté de moi, ma main sur son buste, le mur en béton sur ma main. J'avais compris qu'elle était morte."

Une nuit à même le sol avant d'être évacuée

Claivia Merchi a le bassin fracturé, le pied droit aussi, impossible de bouger : "L'ambiance était chaotique, ça criait partout, ça hurlait, ça gémissait, j'ai été piétinée, les gens couraient et ne savaient plus où donner de la tête."

Claivia est finalement extraite des décombres. Elle passe une nuit complète, dehors à même le sol avant d'être évacuée : une charrette, un bateau, une ambulance et un avion jusqu'à Bali. "Je voulais que les gens sachent ce que j'ai vécu, mais aussi ce que les gens de là-bas ont vécu, il ne faut pas les oublier, je vais les aider", assure-t-elle. Il faudra deux ou trois mois pour que Claivia retrouve l'usage de ses jambes et un long travail pour se reconstruire moralement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.