Cet article date de plus de neuf ans.

Les rebelles libyens ont annoncé lundi soir avoir pris le contrôle du port pétrolier de Brega (est)

La ville est encerclée mais les rues sont jonchées de mines et les forces de Mouammar Kadhafi ont aussi miné le port, selon les rebelles.Mardi matin sur France 2, le ministre de la Défense Gérard Longuet a estimé que "le compte à rebours est engagé" en Libye où "les choses peuvent aller plus vite qu'on ne le pense".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des rebelles libyens se dirigent vers le front à Brega (17 juillet 2011) (AFP / Gianluigi Guercia)

La ville est encerclée mais les rues sont jonchées de mines et les forces de Mouammar Kadhafi ont aussi miné le port, selon les rebelles.

Mardi matin sur France 2, le ministre de la Défense Gérard Longuet a estimé que "le compte à rebours est engagé" en Libye où "les choses peuvent aller plus vite qu'on ne le pense".

De son côté, le porte-parole du régime à Tripoli a démenti lundi la prise de Brega. "Brega est complètement sous le contrôle de nos forces, aidées par les tribus et les volontaires", a-t-il dit à la presse.

Les combats faisaient rage ces derniers jours autour de Brega, site stratégique qui représenterait la plus grande avancée des rebelles à l'est depuis plusieurs semaines.

"Le bataillon principal (des forces kadhafistes) s'est retiré à Ras Lanouf", à l'ouest de Brega, a indiqué le porte-parole des rebelles Shamseddine Abdelmolah. Il resterait 150 à 200 loyalistes bloqués sur le site pétrolier stratégique. "Leurs approvisionnements en nourriture et en eau sont coupés", a remarqué le porte-parole. "Ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils ne s'en rendent compte, nous espérons ne pas verser le sang".

"Les principales installations pétrolières sont toujours minées et le reste des forces de Kadhafi sont toujours sur place. Il sera difficile de nettoyer les lieux sans endommager les installations elles-mêmes", a-t-il ajouté.

La prise de Brega serait un pas décisif dans la progression vers l'ouest, après des mois d'enlisement sur le front est. Elle permettrait aux rebelles d'écouler la production des champs pétrolifères sous leur contrôle, quand celle-ci reprendra. Brega a changé de mains plusieurs fois depuis le début de la guerre mais les rebelles affirment cette fois qu'il s'agit d'un tournant.

Les frappes aériennes de l'Otan, qui ont visé les véhicules et les lance-roquettes de l'armée régulière près de Brega, auraient contribué à la victoire présumée des rebelles dans cette zone.

Lire aussi
>>

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.